Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Guy Nègre : l’inventeur de la voiture à air comprimé nous a quittés

Nous avons appris le décès de Guy Nègre, survenu le 24 juin 2016, à l’âge de 75 ans. Bref retour sur sa carrière d’ingénieur surprenant et sur son grand combat, la voiture à air comprimé.

Né en 1941, Guy Nègre suit des études d’ingénieur motoriste, puis rejoint la Régie Nationale des Usines Renault afin d’œuvrer à l’augmentation de la puissances de R8 Gordini. On le retrouve, 20 ans plus tard, sur des projets de distribution rotative, en Formule 1 avec un projet de moteur W12 sans soupape, et dans l’aviation.

L’invention qui va réellement faire connaître Guy Nègre arrive en 1991, l’année où il fonde la société MDI, pour Motor Development International, au Luxembourg. Installée près de Nice d’abord à Brignoles puis à Carros, l’entreprise a repris à son compte l’invention du moteur à air comprimé, dont les origines remontent au XIXème siècle et à la sphère du transport ferroviaire, notamment avec le système Mékarski développé en 1879 à Nantes puis à Paris sur des tramways.

La différence qu’apporte Guy Nègre : c’est de proposer cette invention sur des véhicules individuels, avant même que la pollution urbaine ou la nécessité de réduire les émissions de CO2 ne deviennent des enjeux pour l’ingénierie automobile. La Voiture à air comprimé ou « Minicat » est présentée en 1998 en grandes pompes au Mondial de Paris, le « salon du centenaire », et fait l’objet de nombreux reportages notamment sur Arte ou comme ici sur M6 :

A l’époque, l’heure est donc à l’euphorie ! Les données techniques sont intéressantes : 110 km/h de vitesse de pointe, 200 km d’autonomie, un moteur sans autre rejet que de la vapeur d’eau, de 5 à 8 places à bord, pour un temps de recharge de 3 minutes, un prix d’environ 11 000 euros. Au centre de cette révolution, le moteur à air comprimé mélange de l’air ambiant avec de l’air sous pression à 300 bars qui actionnent les pistons et meuvent la voiture. Pour augmenter l’autonomie et recharger les réservoirs d’air, il est même prévu une version hybride avec un petit moteur thermique.

Pourtant, la Minicat ne décolle pas, et les prototypes s’enchainent. Redessinée, elle finit par intéresser le groupe indien Tata en 2007, également célèbre pour avoir inventé la Nano. A l’image de cette voiture qui devait être la révolution automobile du XXIème siècle, l’accord avec Tata est un échec cuisant et n’a donné lieu à aucun modèle de série.

En 2008 apparaît un nouveau modèle : l’AirPod. D’extérieur, il a l’apparence d’un mini véhicule à 3 places. Avec son moteur de 10 chevaux, la vitesse maxi est désormais de 80 km/h pour une autonomie allant de 130 km en ville à 150 km en mixte. Sont aussi annoncés l’AirOne (20 ch, 100 km/h) et l’AirCity (35 ch, 130 km/h avec Permis B). Le prix est alléchant : 7000 euros de base, ouvert dès 14 ans (quadricycle pour les AirPod et AirOne). On évoque la possibilité d’un lancement en Italie. Mais là encore, hormis quelques prototypes pétaradants et bruyants, point de réalisation concrète.

Pour autant, il semble que le projet AirPod 2.0 avance : avec 98 chevaux, 230 Nm de couple et une éventuelle version bio-fuel hybride (pour chauffer le volume d’air), elle possèderait entre 120 et 450 km d’autonomie, à raison de 0,5 l/100 km de consommation. Un usine est en préparation en Sardaigne pour la produire. Et MDI annonce toujours sur son site internet qu’elle « compte accroître considérablement le nombre de ses employés d’ici 2020 (comprenant : l’encadrement directorial, des ingénieurs, des commerciaux, des formateurs, des Chefs de production, des inspecteurs de qualité)  » .

Quelques vidéos pour s’assurer que, quand même, l’invention fonctionne :

https://www.youtube.com/watch?v=WBerTuly11E

Alors, Guy Nègre, inventeur de génie méconnu et méprisé par l’industrie automobile, ou fol esprit aux espoirs chimériques ? Une chose est sûre, il regarde tout ceci de bien plus haut aujourd’hui. Décédé le 24 juin 2016, sans que sa voiture à air comprimé n’ait révolutionné les transports, il demeure l’homme à la tête d’une curiosité de l’ingénierie automobile. Et plus de vingt ans après l’avoir créée, la société MDI continue d’attendre son heure. La rédaction de The Automobilist présente à sa famille et ses proches ses sincères condoléances.

Sources : MDI, Var Matin, Le Blog Auto