Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Groupe PSA : Une usine d’assemblage en Algérie

On en parle depuis de très longs mois. Toutefois comme le veut une tradition algérienne, après d’interminables rounds de discussions, de rencontres, des négociations très longues, de nombreux voyages entre la France et l’Algérie, le groupe automobile français PSA a enfin signé ce dimanche un accord de co-entreprise avec des partenaires algériens afin de construire une unité de production automobile en Oranie au nord ouest du pays.

Si on en croit les éléments officiels, cette nouvelle usine du groupe PSA sera un site d’assemblage. Le projet nécessitera un investissement qui sera compris entre 100 et 120 millions d’euros selon les sources impliquées dans ce dossier.
Cette nouvelle co-entreprise est menée par un pacte de quatre actionnaires répartis dans le projet comme indiqué ci dessous :

– PSA : 49 %

– PMO Constantine : 20 %

– Condor Electronics : 15,5 %

– Palpa Pro : 15,5 %

L’accord a été signé dans le cadre de la 4eme session du comité mixte économique franco-algérien en présence de deux ministres français, à savoir le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.

Cette nouvelle usine oranaise produira des voitures qui seront quasi exclusivement à destination du marché algérien. Selon les premiers éléments officiels cette nouvelle usine devrait entrer en activité dans moins de deux années, vers la mi 2019.

Initialement l’usine Peugeot algérienne aura une capacité de production de l’ordre de 25.000 véhicules/an pour atteindre 75.000 unités quelques années plus tard. Toujours selon les explications officielles, le taux d’intégration de composants issus de l’industrie algérienne sera de 42% dans le courant de l’année 2024. L’affaire est d’importance quand on sait la pugnacité du gouvernement algérien à faire en sorte que l’industrie du pays soit partie prenante dans la fourniture de pièces détachées aux entreprises étrangères qui veulent s’implanter dans le pays.

Avec cette nouvelle structure industrielle, le Groupe PSA suit les traces de Renault implanté en Algérie depuis 2014, Hyundai depuis 2016 et Volkswagen au début de l’été dernier. Présentes sur place, ces firmes automobiles espèrent échapper aux « étranges règles algériennes » d’importation des véhicules ainsi qu’à une forte taxation des produits venus de l’étranger.
Comme les marques citées, Groupe PSA espère bien prendre des parts d’un marché automobile estimé aux environs de 400 à 500.000 unités par an.

Selon une source proche du dossier, le business plan initial et surtout la gamme des modèles produits à Oran aurait subi quelques changements. Ainsi des modèles initialement annoncés seront absents de la production. Il semble que ce sera le cas de la citadine 208.
L’affaire n’est pas vraiment surprenante puisque qu’en 2019, au moment de l’ouverture du site industriel, Peugeot dévoilera la nouvelle génération de sa citadine. Ainsi les Citroën C-Elysée et Peugeot 301 pourraient être accompagnées par un SUV puisque le nom 3008 a été évoqué à plusieurs reprises durant le dernier rush de négociations.

Un dossier à suivre dans les prochaines années.

Via Groupe PSA. Twitter, LibertéAlgérie, TSA.