Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Genève 2017 : 5 questions à Yves Bonnefont, DS Automobiles

Au Salon de Genève, DS présentait le modèle annonciateur de la gamme qui doit assurer l’avenir de la marque. Autant dire que l’enjeu était maximal et que les regards tournés vers le SUV DS 7 Crossback, une semaine après sa présentation à Paris, étaient scrutés. Et côté presse, nous nous sommes intéressés à la réaction du Directeur Général de DS Automobiles, Yves Bonnefont.

The Automobilist : Bonjour Monsieur Bonnefont. Alors, ça y est, la voici enfin cette DS 7 ! Pouvez-vous nous résumer ce que furent les trois dernières années, depuis que vous êtes à la tête de DS ?

Yves Bonnefont : Bonjour. En effet je suis celui qui a créé la marque et j’en suis le premier dirigeant, quand on a séparé [de Citroën, NDLA]. A l’époque, j’étais à la Direction de la stratégie de PSA, et séparer DS faisait partie des projets que l’on avait. Donc quand Carlos Tavares en a pris la décision, c’est moi qui ai immédiatement pris la Direction de la marque. C’était le 1er juin 2014, pour la date exacte.

TA : A quasiment 3 ans jour pour jour, on arrive face au premier produit 100 % DS, totalement mondial. Cela doit vous faire un petit effet, non ?

YB : Bien-sûr, c’est l’aboutissement de 3 ans de travail en équipe. Ça a été beaucoup de challenge, beaucoup de rigueur, beaucoup de passion automobile aussi car on s’est fait plaisir dans le développement de cette voiture. Et donc il y a vraiment toute une équipe derrière cette voiture, c’est une aventure collective de 3 ans. En fait cette voiture est aussi l’occasion de concrétiser tous les aspects de la stratégie, donc il y a le produit en lui-même avec l’expression de ce qu’est DS, le raffinement, les matériaux nobles, la technologie, et après effectivement il y a les services connectés, également autour de la voiture avec Only You et Expérience DS, et aussi l’occasion de déployer le réseau puisque cette voiture sera commercialisée dans le réseau dédié des DS Store et des DS Salon. Donc là, DS 7 Crossback tire toute la stratégie de la marque qui se met en œuvre au service de la voiture, si je puis dire. Et avant même l’annonce des prix le 7 mars, nous avons reçu un bon de commande d’un client qui voulait absolument acheter un DS 7 Crossback « La Première ».

TA : C’est le début du nouveau plan produit, qui aura 6 modèles. Que pouvez-vous nous en dire aujourd’hui ?

YB : La gamme DS aura 6 voitures, oui, et on va être sur un rythme de lancement d’une voiture par an, même un tout petit peu plus.

TA : Il n’y a pour 2017 rien à attendre commercialement de ce DS 7 Crossback. En 2018, il arrive en Europe : est-ce que ce sera dans le même tempo en Chine ?

YB : La Chine arrive sur DS 7 Crossback avec 3 mois de décalage sur l’Europe, 3 mois plus tard. Ce sera une bonne synchronisation mondiale de ce lancement [le mois d’avril amène au Salon de Pékin 2018, NDLA]

TA : Le lancement suivant, c’est 2018 donc ? Pour une DS 3 Crossback comme l’annoncent certains ?

YB : Après c’est un lancement par an, vous aurez le plaisir de découvrir une DS par an, et on aura le plaisir de vous y inviter.

TA : Merci M. Bonnefont.

Crédit photos : The Automobilist