Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Genève 2016 : Dernier tour de salon en images !

Après avoir fait le tour du salon à travers des galeries par nationalités, nous vous proposons une ultime visite de la messe suisse, plus orientée sur les marques de luxe et la photographie. 

Chaque année au début du mois de mars, on retrouve deux types de passionnés d’automobiles : ceux qui sont à Genève, et ceux qui n’y sont pas ! Après trois années de dépression à cette période, j’ai enfin eu l’opportunité de revenir à Palexpo cette année, bien accompagné par mes chers petits objectifs…

L’ensemble de l’équipe de The Automobilist a déjà bien contribué à vous présenter ce magnifique événement qu’est le salon de Genève, à travers les diverses présentations de modèles, les interviews, ou encore les galeries par nationalité. Je ne vous propose donc pas un énième tour détaillé du salon, mais plutôt une balade photographique entre sportives et berlines de luxe, agrémentée de quelques anecdotes qui font le charme de ce salon.

L’arrivée au salon est toujours quelque chose qui me marque, c’est en quelque sorte le moment où tous les espoirs sont encore permis. D’année en année, les fuites sur internet ainsi que la soirée du groupe Volkswagen réduisent l’effet de surprise, mais arriver au salon reste un moment agréable, ne serait-ce que pour l’excitation et les souvenirs des années passées. A 20 minutes de l’ouverture du salon, c’est déjà une immense file d’attente que l’on retrouve devant les grilles. La plupart des autos qui nous intéressent seront pourtant bâchées à notre entrée dans les halls et nous le savons, mais l’excitation est trop forte !

A l’ouverture des portes, c’est un peu comme le début des soldes au supermarché du coin : bousculades, noms d’oiseaux (dans toutes les langues s’il vous plait), et journalistes qui courent ! Enfin à l’intérieur, je procède à un premier tour du salon sans appareil de manière à repérer les lieux, les autos bâchées, les présentations à venir, etc… Puis c’est le grand bal des conférences de presse, qui s’enchaînent à un rythme effréné sur l’ensemble de la première journée de presse. Sur mon programme, j’ai cerclé trois d’entre elles : Porsche, Bugatti et Lamborghini ! J’ai un peu de temps devant moi, il est temps de sortir l’appareil, avec en guise de mise en bouche, les Porsche 718 (nouvelles et ancienne), et Lamborghini Huracan.

Je profite ensuite du peu de monde pour me rendre chez Ferrari pour prendre quelques clichés de la SF15-T, Formule 1 de l’an passé de la Scuderia. C’est vraiment un moment privilégié que d’être seul avec un tel bijou d’ingénierie ! Genève (94)

McLaren présente cette année la 570 GT, qui reste sous bâche pour le moment, mais également une splendide P1 avec carrosserie complète en fibre de carbone (bleue !) apparente ! Il y en a cinq au monde, et c’est splendide ! Enfin, on retrouve une 675 LT Spider et une 650S GT3 :

L’heure des conférences a désormais sonné, avec la présentation de la très attendue Porsche 911 R pour commencer. En bon Porschiste, je me présente à l’avance pour ne rien rater du spectacle. Après une belle vidéo hommage à l’ancienne 911 R, le voile est donc levé sur la belle, qui ne manquera pas d’affoler les compteurs dans les prochains mois : sur les pistes mais aussi dans les petites annonces ! Oliver Blume, le nouveau patron de Porsche, assure le discours et la présentation de l’auto. J’apprécie également beaucoup la présence de Gérard Larrousse. Genève (105)

La suite logique des choses était la conférence Bugatti, mais la foule s’est déjà agglutinée devant le stand depuis un bon moment et je n’aperçois même pas un centimètre de la bâche délicatement posée sur la Chiron… Je préfère donc me positionner d’avance en face du stand Lamborghini.

 Après quelques minutes la conférence commence, et ce sera certainement le moment le plus marquant du salon pour moi cette année. Je ne parle pas de la présentation de la Lamborghini Centenario, bien que l’auto soit assez… impressionnante dirons nous ! Non, je parle du discours de Stephan Winkelmann, qui profite de ce salon de Genève pour faire ses adieux à la direction de Lamborghini pour se rendre dans la division sport du cousin germanique Audi. Après la présentation de l’auto, une belle cérémonie d’hommage est organisée pour cet homme que tout le monde respecte pour son travail hors norme depuis 11 ans à la tête de la marque au taureau. La passation de pouvoir est même faite, avec la présence de Stefano Domenicali, ancien boss de la Scuderia Ferrari et donc nouveau patron de Lamborghini ! Un moment magnifique !Genève (70)

Après une petite demi-heure passée chez Lamborghini, l’idée est donc d’aller enfin découvrir la Bugatti Chiron, qui est surement l’auto la plus attendue de ce salon. Mais la foule ne diminue pas, c’est l’euphorie totale sur le stand français, je me contenterai donc d’une seule image avant de découvrir la bête plus calmement le lendemain… Genève (1)

L’horloge tourne, et il est temps de faire un petit tour des autres autos qui ont été dévoilées depuis l’ouverture du matin. La Ferrari GTC4 Lusso est la première voiture que je m’empresse d’aller découvrir, et c’est une vraie surprise. Comme souvent avec la marque au cheval cabré, l’auto rend bien mieux en vrai qu’en photo ! J’aime finalement beaucoup le retour des doubles feux ronds à l’arrière, et la face avant fait davantage le rapprochement avec la F12, ce qui est du plus bel effet ! L’intérieur est absolument irréprochable… Voilà qui promet de beaux jours pour Ferrari !

La Mclaren 570 fait également un grand bond dans mon estime avec la nouvelle version GT, dont le look évolue dans le bon sens. J’aime beaucoup l’intérieur retravaillé et le système d’ouverture old-school de la vitre arrière, splendide !

Une des autos clés du salon est la nouvelle Aston Martin DB11. Si les photos ne m’avaient pas vraiment convaincu avant de me rendre à Genève, c’est un nouveau coup de coeur sur place ! L’arrière est quelque peu spécial mais on s’y fait très vite, et j’aime beaucoup la nouvelle direction que prend la marque anglaise en termes de design ! Petite anecdote toutefois, le système de réglage des sièges semble bien capricieux, et le matériau utilisé pour la console centrale donne l’impression d’avoir d’horribles traces de doigts, ce qui n’est en fait pas le cas… Tant pis, je prendrai une autre finition au moment de commander !

La Touring Superleggera Disco Volante Spider est un autre de mes coups de coeur du salon : le design old-school, la mécanique qui se cache sous le moteur, la couleur… Tout est parfait sur cette auto ! J’ai également été agréablement surpris par la prestance du Concept DS E-Tense, la bestialité de la Corvette C7 Grand Sport, ou encore la douce folie de l’Apollo Arraw !

Mais LE coup de coeur de ce salon pour moi vient du manufacturier suédois Koenigsegg ! La marque présente à Genève la version finale de son Hypercar, la Regera, ainsi que deux éditions spéciales d’Agera : une Agera RS et une Agera One of One. D’année en année, la performance des équipes de Christian Von Koenigsegg m’impressionne de plus en plus. Les performances annoncées sont bien entendu surréelles, mais elles arrivent toujours par le biais de solutions innovantes, telles que l’absence de boite de vitesse de la Regera. Et que dire de la présentation de ces autos, tellement bien finies qu’on en vient à les comparer au Saint Graal Pagani ! Un grand coup de chapeau à cette marque qui grandit et que l’on a beaucoup de plaisir à retrouver chaque année !
Genève (32)

Genève (33)

Nous parlions de Pagani, alors allons-y ! La marque italienne présente cette année sa version radicalisée de la Huayra, j’ai nommé la Huayra BC (pour « Benny Caiola », le premier client de Pagani). Une seconde Huayra est également de la partie, avec le nouveau pack optionnel « Pacchetto Tempesta » : splendide ! Les Pagani font partie de ces quelques autos qui forcent le respect à quiconque aime l’automobile, un vrai symbole de pureté et de perfection ! La présence d’Horacio Pagani est toujours un plaisir, tant l’homme fait office de dieu vivant dans le milieu. On aurait juste envie d’aller lui serrer la main et de l’applaudir, simplement ! La Huyra BC est donc bestiale au possible, mais garde cette finesse qui caractérise la marque, et ce degré de finition unique au monde. Avec 20 exemplaires au monde, il y a peu de chances d’en croiser sur la route un jour, mais l’espoir fait vivre !Genève (11)

La suite logique est donc le stand Bugatti, que je n’ai pu approcher sereinement que lors de la seconde journée à l’ouverture du salon, de manière à avoir la Chiron pour moi tout seul pendant… cinq minutes ! Après 10 ans de règne, la Veyron tire donc sa révérence et laisse sa place de reine des supercars à la toute nouvelle Bugatti Chiron ! 1500 chevaux, 420 km/h, 2.4 millions d’euros… c’est la voiture de tous les superlatifs, et c’est fort logiquement qu’elle est présentée comme LA star de ce salon ! Alors elle donne quoi en vrai ? Encore une fois, ce doit être la règle de ce salon, l’auto rend terriblement mieux en réel qu’en photos, notamment sur la face arrière qui semblait un peu « pataude » en photos. Non, pour l’avoir admirée de près pendant quelques minutes, la Chiron fait à mon sens un grand bon en avant avant par rapport à la Veyron. L’auto semble bien plus sportive et agressive d’apparence que la Veyron ne l’a jamais été, et les feux à l’avant comme à l’arrière sont du plus bel effet. L’intérieur est presque intimidant, alliant grand luxe et sportivité à merveille. Enfin, la livrée historique présentée est simple et efficace, et les possibilités infinies de personnalisation nous promettent de voir de très belles choses à l’avenir sur les stands Bugatti… et devant les grands hôtels ! Il nous tarde de découvrir cette nouvelle reine dans d’autres conditions : au chateau Bugatti ou, avec beaucoup de chance, dans la circulation !Genève (3)

Pour clôturer cet article, je dirais donc que le salon de Genève reste le meilleur salon international du monde, pour trois raisons : la présence de ces marques hors normes et de ces préparateurs que l’on ne voit nulle part ailleurs, la présentation chaque année des meilleurs modèles de chaque grande marque, et enfin l’accueil réservé au public et la taille « humaine » de ce salon, qui nous fait chaque année nous sentir comme chez nous !

Le salon de Genève c’est aussi l’occasion de recroiser toutes ces personnes liées à l’automobile que l’on connait de près ou de loin (responsables presse des marques, confrères, collègues, organisateurs de trackdays, etc…), ainsi que de côtoyer pendant deux jours des personnalités du monde automobile telles que les PDG des marques, les pilotes (Alain Prost, Jackie Stewart, Brendon Hartley et Romain Dumas notamment), ou les deux à la fois, avec la présence remarquée de Patrick Dempsey !

C’est donc avec un immense plaisir que je me suis rendu à Genève cette année, et c’est avec tout autant de plaisir que je partage avec vous cette dernière série d’images. A l’année prochaine au salon, et à très très vite en piste !

Crédits Récit et Photos : Nicolas Verneret pour www.theautomobilist.fr