Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Genèse design : Et la Ford Fiesta 2017 fut !

Pour renouveler la Ford Fiesta, le constructeur américain a mis les petits plats dans les grands : le style est en grande partie renouvelé, l’intérieur encore plus, sans oublier la gamme qui comptera 5 versions différentes (Active, Vignale, ST Line et ST, et Titanium). Mais comme Ford a-t-il conçu sa nouvelle citadine ? D’où lui viennent ses inspirations mais aussi ses contraintes ? Rencontrons ensemble le design de la nouvelle Fiesta !

Tout part de l’utilisateur

A l’origine du projet, il y a le recueil par les équipes projet des besoins identifiés des clients. Une analyse des utilisateurs a bien sûr été faite. Et il en ressort que ceux-ci sont joueurs et ambitieux, pour une population mixte homme-femme. Pour que l’intérieur séduise dès les premiers instants et aussi sur le long terme, il a été décidé de travailler sur les détails et la qualité. Mais aussi, de passer d’un intérieur agressif et compliqué à un design plus friendly, plus doux (l’époque du Kinetic design est bien révolue) et avec plus d’interactions :

  • Bouton Start-Stop avec accès mains-libres
  • Le volant intègre 22 fonctions, à l’apprentissage rapide
  • Une tablette très haute, très proche de la main, est accessible en façade
  • 50 boutons ont disparu depuis la génération 6 de la Ford Fiesta
  • Les fonctions essentielles restent accessibles par des boutons directs
  • L’interface de l’écran a été travaillée pour que le conducteur soit concentré au maximum sur la route
  • Distribution des volumes : une seule pièce englobe les compteurs, les aérateurs, l’écran. Il y a moins de lignes, donc une meilleure qualité visuelle mais aussi moins d’usinage et une meilleure tenue dans le temps
  • Les matériaux : nouveau processus utilisé pour les plastiques
  • le son : développé avec B&O (qui remplace donc Sony) qui correspond plus à la marque, avec une meilleure expérience de son.

A la question « pourquoi ne pas avoir intégré l’écran au tableau de bord ? », Amko Leenarts, responsable du design intérieur de Ford, répond qu’on ne peut pas mettre un écran plus bas, car c’est trop dangereux. Et que le choix fait pour la Ford Fiesta permet d’avoir un design plus aérien… même si tout ceci nous évoque l’intégration des écrans de nos citadines françaises, la Renault Clio et -surtout- la Peugeot 208. Il rappelle que le design n’est pas là pour faire joli. De plus, l’aménagement est contraint par des normes, c’est donc un travail d’équipe et donc de compromis. Le design indique par ailleurs que certaines normes obligent toujours à indiquer Air Bag en toutes lettres sur les tableaux de bord, et que cela vient comme un bouton sur la figure…

Jouer avec les normes, jouer avec les impressions

Bien sûr, l’intégration des normes contraint fortement les designers. Par exemple, chaque angle doit être arrondi de 3 à 4 mm pour éviter les chocs avec la tête d’un bébé. Pour ne pas être accusé d’inciter le conducteur à utiliser son téléphone, les constructeurs font la chasse aux emplacements clairement déterminés pour les accueillir sur la console centrale. Pour l’anecdote, Amko Leenarts appelle la console centrale « le Manhattan » : « c’est vertical, et c’est l’endroit le plus cher où tout le monde veut être, du frein à main à l’écran central. »

Un autre point sur lequel les équipes ont travaillé, c’est l’effet noir des compteurs à l’entrée dans le véhicule, suivi d’une mise en scène de l’allumage. C’est bien un premier contact plus premium une fois assis dans la Ford Fiesta. De plus, il y a aussi plus de personnalisation à l’intérieur selon les gammes (Active, ST-Line, ST, Vignale…). Mais il y a également 25% de pièces de pièces en moins, donc moins d’erreurs d’ajustement, et moins de potentiels grincements.

Autant Amko Leenarts admet avoir des contraintes sur lesquelles ne pas pouvoir intervenir, comme l’emplacement et l’inclinaison du montant A, autant il révèle qu’il a carte blanche sur le reste. Ainsi, il évoque aussi les changements du métier de designer. A son arrivée chez Ford, il se rappelle avoir vu un designer esquisser un volant et lui a demandé « pourquoi dessines-tu les volants comment tu le fais ? » Le designer lui a répondu que c’était « un effet pour donner du style ». Or, c’est bien ce qu’il ne veut plus voir chez Ford, et son cursus en architecture d’intérieur lui sert énormément.

L’usage avant le style

Pour lui l’importance c’est bien l’usage, pas le style. Aujourd’hui, le design intérieur c’est aussi synthétiser une multitude de métiers : des analystes, des programmateurs, des psychologues, des ergonomes… Mais la synthèse du designer est une clé de réussite pour accompagner l’évolution des voitures à venir et la Ford Fiesta en est un premier démonstrateur.

Ne serait-il pas plus simple d’intégrer une tablette déjà existante plutôt qu’un modèle du constructeur ? D’autant que les tablettes sont plus souvent renouvelées que les voitures ? A ces questions, Amko Leenarts ne voit pas d’intérêt. Forcément, Ford souhaite avoir la mainmise sur la technologie, mais aussi l’ergonomie. Et ça va aussi dans le sens de l’expérience client que Ford souhaite développer (via le service connecté Ford Pass).

Mais à la question des personnes moins aptes à s’adapter aux nouvelles technologies, Amko Leenarts admet que les modèles d’entrée de gamme proposeront un support pour Smartphone. C’est donc pour lui la réponse à une population voulant une voiture plus basique.

Et le design extérieur?

En plus du directeur monde, nous avons eu la chance de bénéficier de la présence de Thomas Morel, designer extérieur. Le constat de départ était simple : la Ford Fiesta 6 est un succès avec un design fort. Pas question de partir d’une feuille blanche.

La volonté a été de la rendre plus premium, moins agressive. Finis les feux verticaux qui lui donnait un côté mini van. Oubliées les arches de roues, Ford s’est concentré sur la sculpture des flancs. Pour y arriver, il a fallu un travail poussé à la clay pour obtenir, selon le designer, un résultat plus sensuel. Ce qui donne un chiffre de 15 cm : c’est l’écart de volumétrie sur les flancs, le plus fort de sa catégorie. Bien sûr, ces formes permettront d’accrocher les lumières et de créer une émotion.

Les feux horizontaux permettent aussi d’élargir la voiture, de la faire entrer dans un domaine plus premium.

Enfin, comme à l’intérieur, l’extérieur de la Ford Fiesta aura sa propre personnalité en fonction des versions, plusieurs traitements des pare-chocs avant seront disponibles avec une calandre différenciée : Trend le cœur de gamme, Titanium plus moderne, Vignale plus premium, ST Line plus sportive, Active plus baroudeuse.

Rendez-vous en juillet pour les premiers essais de la nouvelle Ford Fiesta.

Crédits Photographiques : Ford, The Automobilist