Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Ford Focus ST TDCI 185ch PowerShift : L’alternative

Délaissé ou peu investi au début des années 2000, le segment des compactes sportives diesel connaît un regain d’intérêt sur ces dernières années. Entre les 308 GT, Golf GTD ou encore la Léon Cupra, on trouve également le constructeur emblématique de la RS qui cède lui aussi aux sirènes du marketing, en proposant une déclinaison diesel de sa sportive (non radicale) : la Ford Focus ST. Faisant suite à notre essai de la version essence de 250 ch, cette alternative au gazole peut-elle trouver son public ? C’est ce que nous avons tenté de déterminer.

essai-focus-st-tdci-185-powershift-face-avant-3

Sommaire :

1- Intérieur / Extérieur – Le ramage d’une sportive
2- Sur la route – Quid du plumage ?
3- Face à la concurrence – Une Ford toujours bien équipée ?

Le ramage d’une sportive

Je reconnais que je ne suis pas un pro diesel lorsqu’il s’agit d’une sportive. Pourtant, ce n’est pas faute d’en avoir eu quelques uns à titre personnel mais ce n’est pas dans ma mentalité. Certes il y a du couple et une consommation plus légère pourtant c’est bien l’endurance d’un moteur essence ainsi que sa sonorité qui font tout son charme. Cependant, détrompez-vous car plutôt que de jouer le vieil aigri de service, je me suis prêté au jeu de l’essai de la Ford Focus ST… diesel.

Pour paraphraser – et adapter – une réplique culte du cinéma de Sergio Leone, le monde se divise en deux catégories… de sportives grand public : celles qui préfèrent la discrétion à l’ostentation et celles qui assument leur physique. La Ford ST assume ses lignes. Ford n’ayant jamais caché sa volonté de démarquer ses véhicules performants, la Focus ST est donc reconnaissable au premier coup d’œil.

Petite sœur de la radicale RS, cette ST est tout de même fière de ses atouts, à commencer par une calandre aux lignes plus prononcées, un aileron en option allant comme un gant à son arrière train – surtout comparé à l’exubérante Honda Civic Type R et sa pelle à tarte – ou encore ses jantes noires 19 pouces de série avec les étriers de freins rouges, là encore en option avec le pack style 19 pouces. Histoire de compléter le tout, le sigle ST se retrouve fièrement exhibé à l’avant comme à l’arrière.

essai-focus-st-tdci-185-powershift-logo-st
La ST exhibe fièrement ses initiales

Madame ST ne fait donc pas dans la demie mesure mais il faut reconnaître que l’ensemble reste cohérent sans pour autant verser dans la démesure.

Une fois passé le rinçage d’œil, l’intérieur assure la continuité mais se distingue peu avec celui de la berline classique. En effet, ce sont d’accueillants sièges baquet en tissu et cuir, estampillés Recaro, ou encore les seuils de portes siglés ST et illuminés en rouge qui attirent l’attention, ainsi que les manomètres (ceux-ci affichant les températures d’huile, d’eau ainsi que la pression du turbo).

Le jeu des 7 erreurs s’arrête toutefois là, car le reste du tableau de bord ainsi que de la console centrale sont identiques à la version normale. On retrouve dès lors des matériaux ainsi qu’une qualité de fabrication dans la norme tandis que les différents éléments tels que bloc de climatisation, GPS, sont bien agencés et ne perturbent aucunement la conduite.

essai-focus-st-tdci-185-powershift-interieur
La planche de bord est identique à la berline exception faite des manomètres

Si les sièges offrent un excellent maintien, ceux-ci ne seront pas nécessairement adaptés aux grands ou larges gabarits. Dommage que cela renvoie l’impression d’être confiné car le pare-brise bénéficiant d’une belle surface, il donne pour sa part une impression contraire d’espace.

Reprenant les volumes de la Focus classique, la version ST bénéficie à la fois de places arrière prêtes à accueillir jusqu’à 3 passagers ainsi qu’un généreux volume de coffre de 490 litres, surclassant certaines concurrentes mais surtout, laissant la porte ouverte à un usage familial. Sportive pour la forme et polyvalente pour le fond. Un bon point pour cette ST.

1- Intérieur / Extérieur – Le ramage d’une sportive
2- Sur la route – Quid du plumage ?
3- Face à la concurrence – Une Ford toujours bien équipée ?