Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Festival Automobile International : Visite de l’édition 2018

Le Festival Automobile International fête en 2018 sa 33ème édition et sa onzième exposition de concept-cars aux Invalides. Comme nous en avons pris l’habitude en 2016 et 2017, nous vous faisons visiter l’exposition comme si vous y étiez ! Les concept-cars les plus récents, mais aussi de superbes carrosseries du XXe siècle ainsi que quelques originalités : le programme est complet, découvrons-le ensemble.

Les concept-cars marquants de 2017

Les études de style présentées ne sont pas inédites mais pour certaines, c’est la première fois que le grand public peut les admirer d’aussi près. Le plus beau d’entre eux, du moins celui qui a reçu le trophée de plus beau concept de l’année, est le Mazda Vision Coupé dévoilé au Salon de Tokyo.

Mazda Vision Coupé

Sous la silhouette d’un long coupé 4-portes, cette étude développe les thèmes du style Kodo, qui signe toutes les Mazda depuis près d’une décennie et qui avait été à l’honneur en 2016 avec le concept RX Vision.

Générosité des formes, simplicité des détails, maîtrise des proportions : tout concourt pour espérer qu’un maximum de ce concept soit conservé dans un futur modèle de série. Le style Kodo, né en 2010 avec le concept Shinari qui annonçait la Mazda 6, arrive à maturité et enclenche une nouvelle génération des voitures de série qui continueront dans cette veine.

Kia ProCeed

Annoncer des traits de futurs modèles, c’est aussi le rôle de la Kia ProCeed concept. La partie avant dévoile celle qui sera portée par la future Kia Cee’d de troisième génération, tandis que la silhouette d’esprit break de chasse semble moins à l’ordre du jour du constructeur coréen. Sous sa teinte Rouge Lave épaisses de 18 couches de rouge, la ProCee’d recèle un habitacle de la même teinte, ainsi que des sièges en élastane.

Pour le Festival Automobile International, Kia présente également deux maquettes en clay, l’une au 1/5 et l’autre en taille réelle, qui permirent de finaliser les traits extérieurs du concept. On note ainsi la variation de calandre ainsi que le travail mené pour intégrer l’aileron de requin de la custode arrière. Sur le concept définitif, ce contour chromé est même rétroéclairé.

Peugeot Instinct

Également imaginé sur une silhouette de break de chasse, le Peugeot Instinct dévoile pour sa part les traits majeurs de la prochaine berline 508. Remarquable à ses grandes guirlandes de diodes dans le pare-choc, ce concept intégralement bleu est électrique et autonome. Il se passe ainsi d’entrée d’air frontale mais aussi de volant, ce dernier se rangeant dans le tableau de bord en mode automatique.

Renault SymbioZ

Autonome, la SymbioZ de Renault l’est aussi et a prouvé toutes ses aptitudes en décembre en traversant l’A13 à 130 km/h, tout en gérant son placement dans le trafic et le passage du péage. Le prototype de démonstration s’accompagne d’une étude de style encore plus futuriste, récompensée du prix Créativ’Experience.

Ainsi, la voiture devient un prolongement de votre salon avec un habitacle pensé comme une pièce à vivre, des sièges en vis-à-vis et un design qui rappelle les grandes heures du style architectural de Patrick Le Quément.

Renault R.S. 2027 Vision

Autre « vision », autre Renault, le concept R.S. 2027 est également présenté au Festival, après une courte apparition aux Salons de Shanghai et Francfort, puis à l’Atelier Renault. Ce troisième concept de la nouvelle marguerite de Laurens van den Acker, après le TreZor et avant le Symbioz, est une vision de la monoplace de Formule 1 de la prochaine décennie.

La « carrosserie » est translucide et faite d’un nid d’abeille autour du corps du pilote, la lame frontale est éclairée du « C » identifiant les Renault, tandis que le fuselage est bicolore et met en valeur le jaune doré cher à Renault Sport. Autre marqueur, le losange, qui s’affiche sur les flancs, lumineux, de la même façon que sur la SymbioZ… Un futur trait de style des prochaines Renault ?

Lamborghini Terzo Millennio

Futuriste, c’est aussi le credo de la très intrigante Lamborghini Terzo Millennio. Présentée en fin d’année dernière, elle est le résultat d’une réflexion sur l’hypercar du futur menée par le constructeur italien et le MIT.

Carrosserie auto-réparatrice, supercondensateurs, et un design plus que jamais d’avion de chasse, Lamborghini fait forte impression… même si ce n’est qu’une maquette pleine ! Le Festival représente en tout cas sa première présentation au grand public.

Mercedes-Benz Maybach Vision 6 Cabriolet

Maquette également pour l’opulente et baroque Maybach Vision 6. Suite logique du Vision 6 Coupé, le Cabriolet passe du rouge au bleu, mais conserve ses proportions gigantesques.

Un immense capot, une chute de ligne désespérément longue, pour une cellule de vie tendue de cuir blanc. Hélas, les écrans qui font le tour de bord à bord ne sont que des autocollants. Cette Vision 6 nous évoque un yacht roulant et réussit, ainsi, à ne ressembler à aucune autre.

Land Rover Discovery Vision

Troisième concept baptisé « Vision », le Discovery a porté ces dernières années les traits de style de la nouvelle famille de Land Rover, la gamme Discovery déclinée en deux modèles. La partie avant annonçait celle du « Sport », l’arrière celle du modèle conventionnel.

L’habitacle en revanche est resté au stade du concept avec un style très épuré et des sièges individuels flottants. La teinte, orange, de cette étude, remonte à sa présentation au Salon de Pékin 2014.

BMW Z4 Concept

Orangée de robe également, le concept Z4 de BMW tient lui aussi plus du showcar que du pur concept, tant ses lignes sont proches du futur roadster de la marque.

L’habitacle apparaît quasi définitif, tandis que les détails (optiques, calandre, jantes) sont soignés. Imaginé en collaboration avec Toyota, ce nouveau Z4 est attendu pour cette année 2018.

Kia Niro

Annonciateur du modèle de série éponyme, le Kia Niro est le plus « ancien » des concepts réunis en 2017, mais il permet aussi de se rendre compte du chemin parcouru entre une étude et la voiture commercialisée.

Les optiques sont conservées, mais pas l’habitacle, ni la silhouette de segment B qui, cependant, pourrait donner des idées à Kia pour un prochain concurrent sur le segment des Captur et 2008. Quant à l’ouverture des portières, elle signe bien le fait que c’est un pur… concept-car !

Les carrosseries marquantes de 2017

Lauréat du prix du plus bel intérieur, le DS 7 Crossback est présent en deux itérations au Festival : une version Opéra de haut-de-gamme, et un -encore plus- haut-de-gamme, l’unique modèle présidentiel. Il n’a roulé que le 15 mai 2017 pour l’intronisation d’Emmanuel Macron et sur une très courte distance, la descente de l’avenue des Champs-Elysées.

Spécialement adapté pour l’événement, il dispose d’un toit à capote en toile, de détails dorés à l’extérieur sur les jantes, les rétroviseurs, mais aussi à l’intérieur. Ce dernier demeure secret et seul un conducteur, hors celui du président, a le droit de prendre place à bord. Les gyrophares bi-colores, ainsi que les macarons tricolores, sont aussi spécifiques à ce modèle d’apparat.

Parmi les autres modèles de série exposés, l’Aston Martin Vanquish S V12 Volante ainsi que la McLaren 720S représentent le dynamisme du sport automobile britannique, tandis que côté français c’est l’Alpine A110, élue plus belle voiture de l’année, qui trône sur l’estrade.

Egalement françaises, signalons les Ligier JSP4 et la Jannarelly Design-1 Concept. Cette dernière est un roadster de 800 kg, mû par un V6 atmosphérique de 315 chevaux. Dessinée par Anthony Jannarelly, qui a également officié chez Lykan et Zarooq, cette Design-1 est fabriquée à la main à raison de 200 modèles par an, et au total maximum 999 unités. Basse, racée, avec des traits qui fleurent bon les barquettes de sixties, cette voiture est distribuée par Marcassus Sport.

Le style français du XXe siècle

Troisième thématique et non des moindres de ce Festival Automobile : l’héritage. Après l’aérodynamisme en 2017, voici le style français des années 1930 à 1970, 40 années où de superbes silhouettes marquèrent le design à la française. Deux Voisin, C15 de 1928 et C23 de 1930, sont exposées, ainsi qu’une 280 SL Pagode signée par Paul Bracq et lancée en 1963.

Citroën n’est pas en reste avec 3 modèles : une DS 19, une SM Automatique, et une Rosalie Six. Comme son nom l’indique, ce roadster est animé par un 6 cylindres. Produite à 7 exemplaires seulement, elle a été présentée au concours d’élégance de Bagatelle en 1931. La DS est indissociable de l’histoire de Citroën, et représente l’aboutissement d’une réflexion de plus de dix ans par Flaminio Bertoni. Ses successeurs, notamment Robert Opron, signeront la SM à moteur Maserati, qui représente le coupé grand tourisme français ultime au tournant des années 1970.

Enfin, point milieu de cette évolution mais aussi point d’orgue, la Delahaye 135M représente le luxe de l’immédiat après-guerre (1947), sur une carrosserie signée Figoni & Falaschi. Lauréat à l’époque du concours d’élégance du Trocadero, elle devient la propriété de Georges Arnaud en 1955. Perdue de vue, elle réapparaît fin 2005 et est alors entièrement reconstruite, notamment en faisant appel à de la modélisation 3D. Elle sort ainsi de restauration en 2015 et laisse, depuis, admirer toutes ses courbes.

Un Festival Automobile International équilibré

Pour cette onzième exposition concept-car, le Festival Automobile International réunit plus de concepts qu’en 2017, tout en continuant de faire la part belle à une vision large du design automobile. Maquettes, modèles de série, modèles historiques, c’est un panorama de carrosseries rares qui est ici proposé au public, en annonce d’une quinzaine automobile riche pour Paris avec, tout bientôt, Rétromobile et les diverses ventes aux enchères de ce début d’année.

Crédit photos : François B. et François M. pour The Automobilist