Le Nouvel Automobiliste

Ferrari Portofino 2018 : Elle remplace la California T

Ma che, una nuova Ferrari, ce n’est pas tous les jours ! Faites place à la Portofino, la remplaçante de la California T. Alimentée comme son aïeule par un V8 Biturbo, elle affiche la bagatelle de 600 ch.
Portofino : l’appellation renvoie à une station balnéaire italienne très prisée. Un nom finalement logique pour un coupé-cabriolet ! Car oui, depuis 2008 et la California, Ferrari compte dans sa gamme un coupé-cabriolet. Si le genre tend aujourd’hui à disparaître, la firme italienne réitère malgré tout. Ainsi, après la California et la California T (la version restylée de la California, mue par un moteur Biturbo), voici la Ferrari Portofino.

Ferrari Portofino : un nouveau design

Cette remplaçante de la Califonia T renouvelle le style en s’inspirant notamment de la récente 812 Superfast, présentée au salon de Genève. Les phares sont horizontaux, à l’inverse de ceux des California et California T. Le nouveau dessin du capot avant intègre par ailleurs des prises d’air, tandis que le bouclier, très ajouré, impose le respect. A l’arrière, le design des feux se simplifie, tout comme à première vue celui du bouclier. Esthétiquement, l’auto semble se moderniser efficacement.

L’intérieur n’est pas en reste puisqu’il est lui aussi largement remanié. L’ergonomie n’est pas chamboulée néanmoins. La Portofino adopte un nouveau système d’infodivertissement avec écran tactile de 10,2 pouces, ainsi qu’un nouveau volant.

Surenchère de puissance et de technologie

Mais venons-en au cœur de la bête : la Portofino conserve le V8 3.9 L Biturbo (sacrilège diront certains mais on est désormais habitué au turbo chez Ferrari… dans les années 80, la 288 GTO avait une suralimentation par turbocompresseur) de la California T 2017.
Grâce notamment une nouvelle conception du système d’admission, le bloc gagne 40 ch, pour ainsi atteindre les 600 ch à 7500 trs/min. Le couple augmente un peu (de 755 à 760 Nm, disponible de 3000 à 5250 tr/mn), alors que la vitesse maxi est établie à 320 km/h et le 0 à 100 km/h plié en 3,5 secondes (soit un dixième de seconde de gagné). Ferrari annonce enfin avoir retravaillé la sonorité.

Le constructeur a par ailleurs allégé le toit rigide escamotable, qui peut désormais être actionné en roulant (à vitesse réduite bien entendu). Toit ouvert, un déflecteur réduit de 30 % le flux d’air dans l’habitacle. Néanmoins, nous ne connaissons pas le poids total de la Portofino, même si Ferrari l’annonce en baisse (la Califonia T pesait 1730 kg, pour rappel).

Parmi les nouveautés technologiques, on notera que la petite Ferrari (4,59 m de long tout de même, soit +2 cm par rapport à la California T, pour 1,94 m et 1,32 m de haut) reprend la direction électrique de la 812 Superfast. De plus, l’essieu arrière de la Portofino reçoit le différentiel piloté électroniquement E-Diff 3.

California T 2017 versus Portofino 2018

Pour que vous puissiez vous faire une idée de l’évolution, voici les deux supercars face à face :

Ferrari California T

Ferrari Portofino

Une italienne dévoilée en Allemagne

Si vous voulez admirer cette Portofino, rendez-vous est donné au salon de Francfort mi-septembre où elle sera l’attraction du stand Ferrari. Si vous comptez l’acheter, sachez qu’une Califonia T coûte aujourd’hui 188 353 € (tarif catalogue français). On ne serait pas étonné que la Portofino franchisse la barre des 200 000 €, quand on sait qu’une California, à sa sortie en 2008, ne réclamait « que » 178 000 €.

Via Ferrari.