Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Essai Peugeot E-Kick : Trottinette 2.0

L’E-Kick de Peugeot, une trottinette électrique dont vous venez sûrement de lire quelques détails dans l’article de François, était aussi du voyage italien lors des essais du nouveau Peugeot 3008. Profitant des rayons de soleil de la fin de matinée, du petit temps de repos avant de rejoindre l’aéroport et des allées goudronnées de l’hôtel qui nous accueillait, nous avons également essayé cette trottinette 2.0. Et c’est rigolo… !essai_peugeot_3008_theautomobilist-229

La trottinette, vous savez c’est cet engin né au siècle dernier (au tout début… pas à la fin, et même peut-être un chouïa avant) qui vous évoque peut-être des images en noir et blanc de marmots en culottes courtes se lançant dans des courses effrénées entre leur seuil de porte et celui de leur meilleur copain… juste au coin de la rue. essai_peugeot_3008_theautomobilist-224Mais ça, c’était avant car depuis quelques années la trottinette s’est refait une virginité et a transformé son image un tantinet ringarde (ok, totalement ringarde) en outil de mobilité hype, fun et tendance aussi bien pour les adultes que pour les plus jeunes. Pensez, on peut même faire du freestyle en trottinette. Eh ouais ! Trop d’la balle la trot’ mon pote…

J’aime autant vous prévenir tout de suite, je n’ai pas fait de freestyle avec la Peugeot E-Kick mais je me sentais totalement libre (et stylé naturellement !) sur cet engin qui mérite bien qu’on s’y attarde quelques instants. Peut-être pas pour son prix cependant, parce qu’à 1190 € on a un peu le sentiment initial que le chose est réalisé en or massif, ou avec un dérivé du genre, mais avant tout pour son aspect techno et surtout pour son association surprenante avec le nouveau SUV Peugeot.

Cette E-Kick est donc une trottinette à assistance électrique. Elle dispose d’une batterie lithium-ion installée sous vos votre pied et d’un petit moteur dans la roue arrière. Pour la charger c’est simple, il suffit de la brancher chez vous (j’ai déjà entendu ça quelque part…). Mais vous pouvez aussi, et c’est même là tout le sel de la chose, la recharger dans le coffre de votre 3008 -ou du prochain 5008. Pour cela il vous faudra rajouter 330 € à votre chèque afin d’acquérir la dockstation adaptée.

Vous avez donc rapidement fait le calcul, votre trottinette affiche désormais la coquette somme de 1520 € ce qui vous conduit à écarter votre première hypothèse d’un engin en or et à la remplacer par celle de l’engin en platine. En attendant une fois votre compte en banque vidé tout cela se branche sur la prise 12 volts du coffre et accueille l’E-Kick replié qui se recharge ainsi dès que le véhicule est en marche. Ça prend un petit peu de place mais comme on va partir du principe que c’est un outil que vous utiliserez au quotidien et non pour partir en vacances ça devrait aller. Maintenant si vous voulez quand même partir en vacances avec alors il faudra revoir votre chargement global et peut-être faire en sorte qu’une de vos valises disparaisse par mégarde la veille du départ.

Notre E-Kick une fois déployée se présente comme une trottinette tout ce qu’il y a de plus classique, mais on notera quand même que son look n’a pas été négligé et que les matériaux non plus (oui, quand même). Il faut dire que le Peugeot Design Lab est passé par là et que, comme à son habitude, le résultat est convaincant. C’est solide et le Lion Peugeot ou les différentes pièces traitées en métal bleu électrique (logique) donnent un certain cachet à l’ensemble. On a même pensé à tout avec la petite béquille qui va bien pour le maintenir debout sans l’aide d’un mur, parce que les murs en ont parfois marre de tout porter. D’autant que l’ensemble pèse quand même 8,5 kg, la batterie et le moteur se font bien sentir, ce qui ne rend pas le transport à bout de bras particulièrement aisé. Mais pour remédier au problème les concepteurs ont pensé à une position pliable dégageant l’une des roues ce qui permet de faire trottiner la trottinette devant ou derrière vous avec moins d’effort.

Développé par l’entreprise suisse MICRO, spécialiste de la trottinette, le système d’assistance électrique ne fonctionne pas en permanence, c’est l’utilisateur qui, en fonction de sa position, va le déclencher. On se lance classiquement comme sur n’importe quelle trottinette en posant un pied sur la plateforme et en poussant, toujours avec style bien entendu, de l’autre. Inutile dès lors de s’époumoner à atteindre une vitesse démesurée, dès que vous êtes en train de rouler il vous suffit, un pied sur le frein c’est plus prudent, de vous pencher trèsessai_peugeot_3008_theautomobilist-231 légèrement sur l’arrière et le moteur électrique s’anime. Il faut juste trouver la position exacte mais très rapidement on chope le truc et on s’amuse comme un petit fou à grimper les côtes sans effort ou à tutoyer des allures qu’on imaginait invraisemblables pour ce genre d’engin. Avec 25 km/h annoncés en V-max, les joggeurs et les cyclistes que vous allez dépasser risquent fort d’en rester bouche bée et de tomber des nues mais, si on veut parler de chute, le plus en danger devrait quand même dans un premier temps rester vous parce que 25 km/h sur une trottinette c’est presque carrément les X-Games. Je n’ai pas essayé et je ne vous le conseillerai pas. En attendant, et à une allure plus modeste mais sympathique, on avance bien, le sentiment de glisse fait son petit effet, on contrôle très facilement l’engin et on se prend vite à faire des petits zigzags au son du sifflement caractéristique du moteur électrique. L’autonomie, assez conséquente, est donnée pour 12 km mais sachez que, comme sur un vrai véhicule électrique, à chaque fois que vous freinez vous rechargez un peu la batterie. Et puis vos jambes continuent à vous offrir une autonomie (presque) illimitée 😀

essai_peugeot_3008_theautomobilist-227Un gadget cette E-Kick ? Oui totalement, et pas donné en plus mais on se prend au jeu et qu’est-ce que c’est rigolo. Et puis ça peut quand même s’avérer pratique pour accéder rapidement dans les endroits où votre 3008 ne pourra pas vous emmener. Non je ne serai pas mauvaise langue, je ne parle pas des chemins boueux inaccessibles sans transmission intégrale mais bien des espaces piétons, de nombre de nos centre-ville…

Crédit photos : Eddy P.