Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Essai Nouveau Peugeot 3008 : Prêt à se tailler la part du Lion

Le nouveau Peugeot 3008 n’est déjà plus à proprement parler une nouveauté. Présenté depuis de nombreux mois nous vous l’avons dévoilé, expliqué, montré sous tous les angles, aussi bien en condition réelle, dans la rue, que sur les moquettes du Mondial de Paris et vous êtes donc pour la plupart déjà bien habitués à la silhouette de cette nouvelle star du constructeur sochalien. Seulement jusqu’ici les critiques, remarques et autres louanges, selon les cas, ne pouvaient guère porter sur autre chose que l’esthétique, les tarifs, les coloris ou bien encore la gamme de motorisation proposée, mais non sur l’essentiel pour un véhicule, a fortiori quand celui-ci possède un lion dans sa calandre, ce qu’il vaut vraiment une fois qu’on en prend le volant.
Pour nous permettre de satisfaire à notre curiosité bien légitime sur ce point (mais aussi à la votre) Peugeot avait choisi la région de Bologne, entre Emilie-Romagne et Toscane, pour nous faire découvrir son nouveau SUV. Un parcours particulièrement exigeant emprunté notamment par la mythique course des
Mille Miglia et sur lequel les véhicules ne peuvent aucunement tricher. Ça tombe bien ce 3008 n’en a pas l’intention le moins du monde et il s’est largement dévoilé pour l’occasion.essai_peugeot_3008_theautomobilist-046

Page 1 : Il fait le beau dehors
Page 2 : Il crâne carrément dedans
Page 3 : Il aime les relations tourmentées
Page 4 : Il se propose de vous en offrir pour votre argent
Page 5 : Il se montre sous toutes les coutures

Gueule d’amour ?

Qu’on se le dise, le 3008 a changé ! Terminée la période crossover adoptée par la précédente génération. Son style relativement clivant avait certes séduit les clients français au-delà des espérances initiales mais s’était révélé bien plus handicapant sur les autres marchés européens, nos voisins étant restés assez sceptiques à son endroit. Le nouveau Peugeot 3008 ne séduira pas tout le monde non plus mais il y a tout de même fort à parier qu’il soit moins décrié pour sa plastique que celui qu’il remplace. Ne serait-ce que parce que cette fois-ci il n’est plus à cheval sur plusieurs segments et qu’il affiche clairement la couleur, s’affirmant comme un SUV sans ambages et adoptant les codes traditionnels de ce marché en croissance continue depuis plusieurs années et pour encore assez longtemps si l’on en croit les spécialistes.essai_peugeot_3008_theautomobilist-180Largement inspiré du concept Quartz révélé à Paris en 2014 dans une livrée grise et coupe franche puis repeintconcept_peugeot_quartz-02 pour le salon de Shanghai en gris mat et bleu, toujours avec coupe franche, ce nouveau 3008 cherche à lier les attributs classiques du monde des baroudeurs avec des lignes dynamiques et modernes reprenant les identifiants stylistiques de la marque. C’est donc classiquement que l’on retrouve les épais bas de caisse en plastique noir, les passages de roue habillés dans la même veine, le sabot de protection à l’avant et, bien évidement, la garde au sol généreusement rehaussée. Un traitement traditionnel qui pourrait nous amener à dire que ce Peugeot 3008 n’est finalement qu’un anonyme de plus dans cette jungle qu’est devenue le segment C-SUV. Ce serait sans compter sur le talent des designers de la firme franc-comtoise qui s’en sont donnés à cœur joie pour donner à cette nouvelle Peugeot non seulement une vraie gueule et un vrai style mais également y placer tous les petits gimmicks chers au lion.

On a ainsi rajouté quelques touches de chrome à la fois pour renforcer la prestance du véhicule, notamment avec le traitement de la calandre, démonstrative mais sans trop d’excès, les petits entourages de feux additionnels ou à l’arrière la plus discutable traverse de pare-choc mais aussi pour accentuer le dynamisme. Sur ce dernier point on remarquera notamment le travail très réussi de la ligne de vitrage en partie basse (selon les versions) qui vient mettre en relief le très suggestif épaulement arrière par sa petite vague. Mais cet effet ne serait pas complet sans son pendant au niveau de la ligne de toit : un trait chromé massif mais fluide avec son décroché triangulaire marqué à l’arrière à cheval entre le pavillon et le hayon. Le résultat séduit la plupart des observateurs d’autant qu’il est encore accentué par le toit adoptant le rendu « flottant » grâce à la troisième vitre latérale fumée et au montant C traité en noir.

De noir il est aussi question à l’arrière avec cet élément stylistique fort du Peugeot 3008, le fameux bandeau laqué au milieu duquel trône un lion rugissant toutes griffes dehors. Là encore le résultat convainc car il confère essai_peugeot_3008_theautomobilist-126une remarquable solidité à cette poupe en plus de renforcer son aspect statutaire. Allié à la couleur rouge ou au blanc, deux livrées qui lui vont à ravir, l’effet est saisissant et l’est encore plus dès que l’on met en route le véhicule. Les feux surgissent alors littéralement de ce fond noir en dessinant trois griffes très nettes et particulièrement visuelles. La plus extérieure se poursuit également sur l’aile renforçant encore l’épaulement dont je parlais un peu plus haut. C’est soigné et recherché, y compris dans les détails. Vous remarquerez par exemple les petits traits horizontaux sur la partie latérale du feu ou encore le relief dont ils bénéficient, mais on regrettera tout de même dans ce bloc optique au traitement si high-tech le choix d’une ampoule à incandescence pour les feux de recul et les clignotants alors que le petit frère 2008 a droit au tout LED pour sa part…

Choix qui n’a heureusement pas été fait à l’avant où le clignotant a lui droit à des diodes, et à défilement qui plus est. Il surplombe des phares full LED acérés surlignés d’une ligne de DRL faite de pointillés essai_peugeot_3008_theautomobilist-125(elle est continue lorsque les optiques sont en version halogène) et sculptés autour d’une véritable canine de félin réalisée dans le ton de la carrosserie qui donne beaucoup d’agressivité à ces phares et une personnalité rageuse à cette face avant. Posez le tout sur des jantes de diamètre généreux (18 ou 19 pouces pour nos modèles d’essai) dont on pourra toutefois regretter le manque de diversité dans le dessin, rajoutez quelques monogrammes liés à la finition (GT ou GT Line par exemple) sur les ailes ou le hayon et attribuez à l’ensemble une couleur valorisante (le rouge ultimate et le bleu magnétic seront mes premiers choix à titre personnel, suivis de très près par le blanc nacré) et vous voila face à un SUV qui ne passe pas inaperçu tout en conservant une petite dose de discrétion classieuse et distinctive propre à rattacher le véhicule à un univers haut de gamme valorisant.

Vous en voulez un peu plus ? Optez alors pour la très audacieuse coupe franche déjà vue sur 208 et 308 GTi (ou là) et proposée également par Peugeot sur son SUV. Voulue un peu plus discrète que sur les modèles sportifs précités elle reste cependant absolument inédite dans la catégorie et rend la voiture assez unique. Je n’y suis pas pour ma part très sensible mais je peux en tout cas vous garantir que les passants que nous avons croisés semblaient à la fois attirés et séduits par le véhicule mais également épatés par cette peinture très originale. Reste maintenant à vérifier quels seront les choix des clients et à espérer que, comme nous l’évoquons souvent, ils se révèlent moins frileux qu’habituellement. Pour information, et même si mon expérience n’est pas forcément représentative, je n’ai pour le moment croisé aucun Tiguan dans sa couleur Orange Habanero que j’avais appréciée lors de son essai et qui le rend largement moins insipide que le gris ou le noir. La fameuse peur de la revente difficile fait toujours son petit effet…

Mais peu importe au final la couleur extérieure pour ce 3008 il reste globalement séduisant dans tous les coloris, une affaire de goûts personnels que j’assume pleinement, et si sa robe attire l’œil sans grande difficulté il peut aussi jouer de ses charmes cachés, à commencer par son spectaculaire intérieur.

Page 2 : Il crâne carrément dedans
Page 3 : Il aime les relations tourmentées
Page 4 : Il se propose de vous en offrir pour votre argent
Page 5 : Il se montre sous toutes les coutures