Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Essai : Infiniti Q30 – Plus qu’une simple alternative !

Infiniti, constructeur encore peu connu dans nos contrées, jette un énorme pavé dans la mare avec le Q30, une voiture conçue en Europe avant tout pour le marché européen (bien qu’elle sera vendue sur tous les continents), et surtout, probablement la voiture de série la plus proche du concept car qui n’ait jamais été commercialisée avec 90% de ce dernier qui a été conservé. Reste à savoir comment elle est à vivre au quotidien. Réponse dans les pages qui suivent.

1 – Fluide !
2 – Q30 1.5d 109 ch BVM6
3 – Q30 2.2d 170 ch AWD DCT
4 – Q30 2.0T 211 ch AWD DCT
5 – Au quotidien, Infotainment et Design
6 – Grille de tarification

Des lignes fluides

La première chose que l’on remarque, c’est le look atypique, tout en relief avec des arêtes très marquées. Les phares possèdent la signature de la marque, qui d’après le constructeur, rappelle l’œil humain quand il se focalise sur quelque chose : ça change de ce qu’on voit habituellement et c’est réussi. La calandre sert ici aussi de signature stylistique puisqu’elle est identique sur tous les modèles d’Infiniti.

Le flanc du véhicule est à la fois creusé et bombé, et une protubérante jupe latérale noire donne l’impression que la voiture est plaquée au sol malgré sa forte hauteur. La séparation entre la portière et la lunette arrière est pour le moins originale comme en attestent les photos suivantes :

Les rétroviseurs extérieurs sont dotés d’une teinte gris satiné du plus bel effet.

L’arrière est large et symétrique avec sa double sortie d’échappement, les optiques très étendues sur la largeur avec un effet visuel similaire à l’avant. Résultat final, aucun des panneaux de carrosserie n’est « simple », chacun possède des reliefs et profondeurs qui font corps avec l’élément qui lui succède quel que soit l’angle de vue.

Un intérieur envoûtant

Bien évidemment, l’intérieur sera plus envoûtant dans la teinte Gallery White que dans la teinte City Black. Mais au-delà des couleurs, c’est la coordination et la forme de chaque élément qui rend la chose charismatique : la règle et l’équerre ont probablement été prohibées dans les bureaux de design puisqu’on se retrouve avec le même topo qu’à l’extérieur. C’est-à-dire des courbes à foison et un mélange des matières bien pensé (surtout sur le Q30S).

Les sièges sont très confortables et offrent un excellent maintien quelle que soit la finition choisie. Le Q30S a cependant le droit à des sièges spécifiques mêlant cuir et Alcantara.

On regrettera juste la présence de plastique dur sur la partie inférieure du tableau de bord, là où toute la partie supérieure a le droit a du cuir et du plastique moussé. Mais une fois assis, ce n’est pas forcément la partie de la voiture sur laquelle on va poser les yeux !

On tourne la clé ?

Ayant pu essayer trois des quatre motorisations proposées, et probablement celles qui seront le plus vendues, nous nous attarderons sur chacune d’entre elle dans chacune des pages suivantes, à commencer par celles étant vraisemblablement les plus avantageuses aux yeux du gouvernement et son malus-malus écologique. On allume le moteur et pedal to the metal on fait nos premiers tours de roues en douceur.

1 – Fluide !
2 – Q30 1.5d 109 ch BVM6
3 – Q30 2.2d 170 ch AWD DCT
4 – Q30 2.0T 211 ch AWD DCT
5 – Au quotidien, Infotainment et Design
6 – Grille de tarification