Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Essai Ford Fiesta ST200 : Dernier Sprint

Non content de proposer depuis 2013 une version boostée de 182 ch baptisée ST de sa Fiesta, dont se sont écoulées 30 000 unités en Europe, Ford revient à la charge sur les marché des bombinettes. Plus exactement, l’Ovale bleu enfonce le clou avec une nouvelle édition boostée, baptisée ST200, et désormais pourvue comme son nom l’indique de 200 furieux chevaux… voire 215, grâce à son overboost ! Après l’avoir prise en main sur le circuit des 24 Heures du Mans, nous la retrouvons ici pour un essai plus long et détaillé.

essai-ford-fiesta-st200-vue-avant-automneL’objectif de cette nouvelle version survitaminée ? Combler un retard de puissance sur les Peugeot 208 GTi et Renault Clio R.S. qui comptent respectivement 208 ch et 200 voire 220 ch sous le capot. Toujours sur la base du 1.6l, mais recalibré et développant plus de puissance, le moteur de cette nouvelle bombinette à la robe grise réussira-t-il à rivaliser avec les Clio R.S., 208 GTi mais aussi DS 3 Performance ou Corsa OPC tout en apportant un réel intérêt par rapport à la ST 182 ch qui reste au catalogue ? C’est ce que nous allons voir.

Sommaire :
1- Intérieur / Extérieur – Discrète et élégante… mais pas distinctive
2- Sur la route – Le plaisir – retrouvé – de conduire
3- Face à la concurrence – Agressive sur la route ainsi que sur son prix?

Discrète et élégante… mais peu distinctive

essai-ford-fiesta-st200-vue-avant-boue
Toujours aussi belle gueule mais malheureusement peu distinctive

Devant cette robe grise dénuée de tout reflet, la première impression que j’ai eue en approchant cette ST fut neutre, tout aussi neutre que la teinte propre à cette version ST200. Point d’émotion particulière, mais un sentiment que l’ensemble a été pensé pour se distinguer de la ST standard sans pour autant dénaturer complètement la voiture.

La ST200 assume sans pour autant verser dans l’exubérance son statut de version radicalisée : elle garde cette légère touche de féminité avec ses phares étirés, ou encore sa calandre typée Aston Martin -il y a pire comme référence, et elle gagne de nouvelles jantes 17 pouces noires mat chaussées en 205/40/R17 W qui lui vont comme un gant tout en faisant ressortir ses étriers de freins rouges.

Les habitués de la version de 182 ch sortie en 2013 ne seront pas dépaysés, d’autant qu’ils retrouveront également un becquet couleur carrosserie ainsi qu’un spoiler arrière en aluminium.

Plutôt chiche en évolutions esthétiques, l’intérieur de la Fiesta ST200 ne subit pas, lui non plus, de nombreux changements. Ford se contente de jouer aux 7 erreurs avec un logo ST200 en bas de console, avec la sellerie des sièges dotée de surpiqûres argentées en plus des éléments spécifiques présents sur la ST classique, tels les compteurs rouges ou encore le logo ST sur la jante du volant.

essai-ford-fiesta-st200-monogramme-interieur
Seul le monogramme ST200 permet de faire la différence une fois à l’intérieur

C’est un peu léger pour le client qui souhaiterait se démarquer, mais Ford a tout de même pensé à conserver les points forts de la Fiesta ST, à savoir la position de conduite idéale – pour les gabarits dans la norme – ainsi que des sièges Recaro de série. Ces derniers offrent au maintien optimal, au prix de quelques contorsions pour les grands gabarits car les maintiens bas du dossier et de l’assise sont relevés et peu ouverts.

Ce n’est pas nécessairement le plus qualitatif visuellement parlant, surtout une fois comparé à la concurrence, mais l’intérieur reste correctement assemblé et agencé. Hélas, l’IHM se trouve trop complexifiée par une pléthore de boutons, disséminés ici et là – si l’on opte pour le GPS SYNC de 1ère génération – qui trahissent l’âge avancé de cette bombinette. Vite, un écran tactile intuitif !

Malgré son côté sportif, la Fiesta ST200 permet tout de même d’emmener 3 – menus – passagers à l’arrière tout en faisant ses courses sans trop de préoccupation avec son coffre de 290 litres – et jusqu’à 974 litres en rabattant les banquettes fractionnables en 1/3 et 2/3.

Pas de grosse révolution donc du point de vue stylistique, mais une continuité assurée. Le plus gros des modifications se situe avec la robe gris Storm (patience, nous allons y venir !).

1- Intérieur / Extérieur – Discrète et élégante… mais pas distinctive
2- Sur la route – Le plaisir – retrouvé – de conduire
3- Face à la concurrence – Agressive sur la route ainsi que sur son prix?