Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Essai Ford Edge Titanium TDCi 180 : un sérieux challenger

Nouveau venu dans la gamme des SUV de chez Ford, le Edge n’est pas pour autant inconnu puisqu’il est commercialisé depuis 2007 sur le marché US, plus friand de ce genre de véhicule. Cependant, avec l’évolution des mentalités en France et suite aux succès des Volkswagen Touareg, Audi Q5 ou encore du Land Rover Discovery, les constructeurs l’ont bien compris : les grands SUV – notamment tournés vers le premium – ont un réel avenir.

Mais face à ce nouveau marché de plus en plus saturé, le Edge a-t-il assez d’atouts afin de séduire une clientèle exigeante et n’ayant que l’embarras du choix ? C’est ce que nous avons tenté de découvrir durant un road trip de quelques jours, dans l’arrière-pays du Périgord.

essai-ford-edge-titanium-tdci180-vue-avant-2

1- Une gueule prête à avaler les kilomètres
2- Massif dans le design… et sur la route
3- Dernier arrivé mais très bon élève au demeurant

Une gueule prête à avaler les kilomètres

C’est une première pour moi ! Le Edge sera donc le premier grand SUV que je testerai ! Et en approchant ce nouveau venu, les réactions ne tardent pas à se bousculer dans ma tête : c’est grand, c’est gros mais c’est plutôt racé et impressionnant, avec cette gueule béante, prête à avaler les kilomètres ! Malgré mon mètre 81, mon orgueil m’indique de prendre un peu de recul afin de me sentir plus grand mais surtout pour mieux détailler les lignes de ce véhicule.

Les designers de chez Ford ont su rendre ce gros SUV à la fois athlétique mais aussi élégant, avec ces lignes latérales élancées. Un design somme tout plus équilibré et moins fade que chez la plupart de ses concurrents (coréens en tête avec les Hyundai Santa Fe et Kia Sorento). Le Ford Edge suit donc les codes imposés par le segment tout en gardant un côté exclusif avec ses feux arrières reliés entre eux par une simple barre : minimaliste mais très réussi !

essai-ford-edge-titanium-tdci180-vue-arriere
Le Ford Edge, prêt à surmonter tous les obstacles

Si l’on ne peut se sentir que minuscule face à l’imposant gabarit du véhicule, l’intérieur vous permettra de retrouver votre taille normale, non sans avoir eu l’impression de grimper l’Everest pour vous hisser à bord. Une fois votre ascension terminée, c’est une excellente surprise qui vous y attend. L’intérieur se veut élégant avec des matériaux dans l’ensemble qualitatifs ainsi que des ajustements corrects, bien qu’encore en retrait face à un Audi Q5.

Là où le Edge surprend, c’est par sa grande fonctionnalité car il est tout simplement paré de rangements en tous genres : grands bacs de portières, compartiment supérieur et surtout, un immense espace de rangement dans l’accoudoir permettant alors d’y stocker une grande bouteille d’eau ou encore de poser quelques canettes ici (entre les sièges) ou là (derrière la console centrale). De quoi séduire les familles d’autant que le volume de coffre est bien situé dans la catégorie avec 602 litres voire hors norme une fois les sièges rabattus (1847 litres, contre 1698 pour le Discovery Sport ou encore 1560 pour le Q5).

essai-ford-edge-titanium-tdci180-volume-coffre
Gros volume de coffre, ce qui devrait ravir les familles

L’IHM (Interface Homme Machine, ou console centrale si vous préférez) est bien pensée mais surtout épurée. Les principales commandes de la climatisation comme de la radio sont facilement accessibles ainsi que l’écran tactile qui se chargera de vous faciliter la tâche étant donné qu’il regroupe à lui seul plusieurs catégories. Qu’il s’agisse d’une recherche GPS, de régler la climatisation ou encore d’accéder au contenu de votre smartphone, le SYNC 2 est là pour ça. Cette interface n’est certes pas aussi design que chez certains concurrents mais elle remplit sa fonction sans faille pour peu que l’on ait pris le temps d’apprivoiser les différentes commandes et écrans.

essai-ford-edge-titanium-tdci180-vue-interieure-statique
Une planche de bord qualitative et simplifiée

1- Une gueule prête à avaler les kilomètres
2- Massif dans le design… et sur la route
3- Dernier arrivé mais très bon élève au demeurant