Le Nouvel Automobiliste
Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (39)

Essai Citroën Berlingo XL : une longueur d’avance !

Le Citroën Berlingo, c’est une voiture sympa. Pas sympa dans le sens où on prend du plaisir sur les routes de montagne avec, pas sympa dans le sens où on ne peut s’empêcher de la regarder en lâchant un « purée qu’est-ce qu’elle est belle »… Mais sympa dans le sens amical du terme. C’est celle qui nous accompagne chez Ikea quand il faut remplacer le canapé mangé par le chien, celle qui embarque les beaux-parents et la grand-mère au repas de famille, avec le gros bouquet de fleur au milieu qui ne finira même pas écrasé, celle qui permet de partir en vacances avec les 37 tenues de rechange, le parasol, les chaises et la table de camping, les boules de pétanque, la glacière… Donc en version rallongée XL, le Berlingo devient logiquement ultra-sympa et on vous explique pourquoi.

Citroën Berlingo XL : Beau comme un camion

Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (39)

Dès la sortie de la miniature 1/64 du Citroën Berlingo, nous l’avions immédiatement achetée, pour l’exposer dans la vitrine. Eh oui, on trouve que le design a quand-même progressé sur ce segment des ludospaces et que la marque aux chevrons a fait suffisamment du bon boulot pour qu’on réserve une place sur l’étagère pour ce modèle.

Phares sur 3 étages (feux de jour LED, phares, antibrouillard), pare-chocs en volume mi-peint, mi brut rehaussé des ponctuels de couleur… Le faciès du Berlingo affiche ses gènes pour qu’aucun doute ne soit possible sur son identité Citroën, même s’il a des cousins très proches chez Peugeot (Rifter), Opel ( Combo Life) et Toyota (Pro Ace City). Le Berlingo cultive sa personnalité avec ses montants de pare-brise noirs donnant un aspect flottant au toit, sa découpe inversée des vitres de portes avant/arrière, toujours les ponctuels sur les bas de caisse intégrés aux protections… Il n’y a que de derrière que son sac à dos tout carré peut être confondu avec celui de ses congénères.

Parlons aussi de son côté « XL » ! On n’a pas forcément l’impression en le voyant comme ça, mais le Berlingo XL mesure 35 cm de plus que la version taille M. C’est en se garant entre un Peugeot 806 et un Volkswagen Touran que survient le « ah ouais quand-même » ! Avec ses 4,75 m de long et 1,85 m de hauteur, on a affaire à un vrai monospace familial 7 places. Et du coup, on a hâte de grimper dedans pour découvrir l’aménagement et jouer avec la modularité.

7 à la maison

Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (11)

Et il y a de quoi s’amuser ! Si vous imaginiez un utilitaire tout crasseux avec du plastique noir tout brillant et une pauvre banquette posée à l’endroit où sont censés être transportés des sacs de sable et de ciment, détrompez-vous. D’utilitaire, le Berlingo s’est métamorphosé en familiale accueillante et chaleureuse.

Les plastiques verts de cette version à Pack XTR qui garnissent le tableau de bord et les garnitures de porte égayent un habitacle aéré et bien dessiné. Les finitions sont tout à fait acceptables, les sièges arborent un revêtement agréable à l’œil égayé par des bandes orange et blanches… Bref, à peine installé, on s’y sent déjà le bienvenu !

Revenons sur le programme Ikea. On a songé à acheter un canapé pour tester la modularité, mais au final on n’est rentrés qu’avec un bougeoir. On avait quand-même étudié le mécanisme : d’abord, replier le dossier des sièges du dernier rang. Puis basculer le tout vers l’avant à la verticale, et enfin les débloquer pour pouvoir les retirer. C’est un peu lourd mais, même avec des muscles atrophiés comme ceux de votre serviteur, nous y sommes parvenu sans transpirer. Bon, où les ranger ensuite, c’est une autre histoire…

Pour le rang du milieu, bien habitable par ailleurs, c’est plus simple, il suffit d’une pression pour rabattre les sièges un par un et former un plancher plat. Donc, en théorie du coup, un canapé doit rentrer. En termes chiffrés, le coffre atteint une grosse contenance de 850 litres en configuration 5 places et un énorme 2 693 litres en 2 places. C’est dit…

Citroën Berlingo, un véhicule de loisirs.

Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (61)

Au volant du Citroën Berlingo, l’expression « bon père de famille » prend tout son sens. Sans aucune connotation de ringardise/beauferie bien sûr. Mais voilà, on est dans un véhicule avec 3 rangs de passagers qui ne sont pas là pour une démonstration de vos talents de pilote a priori, mais plutôt pour siroter leur briquette de jus de pomme tranquilou bilou en dessinant votre maison et votre chat sur la tablette du siège arrière. Et quand-bien même les bambins ne seraient pas là, le poids de 1 600 kg, l’aérodynamique de lave-vaisselle du « Berlin-gros » et son centre de gravité plus haut que les niveaux d’étude de tous vos rejetons réunis vous indiquent qu’il faut y aller molo.

Mais pas tant que ça, en fin de compte. En accélérant le rythme, on profite d’une direction raffermie un peu plus communicative. Le reste du temps, celle-ci est d’une grande douceur, pour privilégier la facilité en manœuvre. Dans les endroits étriqués, le Berlingo XL se faufile ainsi sans trop de difficulté. Dans toutes les conditions, l’engin se montre plutôt agile, sans réussir toutefois à nous faire oublier les lois de la physique. D’un point de vue dynamique, le Berlingo XL n’est pas une punition, mais gardez en tête le 0 à 100 : 12,3 secondes. Il ne faut pas trop le brusquer… Son vrai atout réside de toute façon dans son confort. Dans cette notion, nous incluons le confort de suspensions, l’espace et les attentions dédiées à tous les passagers, mais nous soulignerons que les sièges gagneraient à être un peu moins fermes. Autre petit bémol, la boîte EAT 8 hésite parfois à passer la 3e, ainsi que la 7e. Mais sinon elle répond bien aux sollicitations quand on accélère franchement et se montre fluide. 

Ceci étant posé… Le moteur n’est pas très pêchu mais suffit, en tout cas à 2 dans l’auto. On imagine qu’avec 7 personnes plus leurs bagages, c’est une autre histoire… Et puis à partir d’une certaine vitesse, le vent est en effet une source de nuisance sonore considérable. Pour les déplacements en famille, partez à l’heure, donc, et roulez lentement. De toute façon vous n’aurez pas trop le choix.

Côté consommation enfin, on relève 5,9 litres aux 100. Mais en n’étant pas forcément tendres avec la pédale de droite et en effectuant des trajets urbains parfois même dans les bouchons. La consommation est donc relativement faible, à une valeur que votre serviteur n’atteint qu’avec des modèles PSA ou Mazda.

Équipements du Citroën Berlingo XL : plus t’en mets, plus t’en as.

Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (47)

C’est bien connu, plus on a d’espace, plus on le remplit ! En tout cas on PEUT le remplir. Car en finition d’entrée de gamme Live, le Berlingo offre beaucoup d’espace mais peu d’équipements. Détails de carrosserie noir mat, absence de détecteur de pluie, de radar de recul et toute autre aide à la conduite… En finition haute Shine, le Berlingo XL devient autrement plus généreux. Les 18 technologies et aides à la conduite sont toutes disponibles en série ou en option sur cette version.

Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (46)

Là encore, il faut oublier l’époque où les équipements de sécurité étaient réduits à leur plus simple expression, gènes d’utilitaires obligent. Alors en démarrant le Berlingo, quand la dalle de l’affichage tête haute se déploie, on a le cœur qui palpite. Ça en jette ! Avant de quitter sa place, l’avertisseur d’angle mort nous prévient de l’arrivée d’un véhicule. On l’aime déjà !

Mais on a un regret : le Modutop, un rangement courant tout le long du pavillon, doublé d’un toit en verre panoramique, n’est pas disponible sur les versions XL et avec la troisième rangée de sièges. On perd en praticité et aussi en ambiance… Et puis contrairement à ses cousins techniques, le Berlingo XL fait également l’impasse sur la console haute avec aérateurs arrière. Pas « cool » pour les passagers du fond !

Puis en route nous découvrons successivement l’alerte de franchissement de ligne et l’efficace aide au maintien dans la voie (enfin… efficace pendant la seconde moitié de l’essai). Le régulateur de vitesse est adaptatif : il cale la vitesse de Beber sur celle du véhicule qui précède, une modernité complétée par la surveillance de la vigilance conducteur, la lecture des panneaux et la commutation automatique des feux de route. Ces quatre derniers équipements étant regroupés EN OPTION dans le Pack Safety Plus.

Notre véhicule disposait aussi du Pack Enfant. Nous l’avons trouvé un peu inutile car d’une part, nous n’avons pas d’enfant, d’autre part le « miroir de conversation » nous renvoie le reflet de l’étui à lunettes situé juste devant. Bizarre. Heureusement, le pack inclut des pare-soleil intégrés aux portes arrière (utile pour les enfants que nous n’avons pas, donc) et des rangements dans le plancher. Autre option utile selon votre vie, le pack recharge inclut une prise 230 V et la recharge du smartphone par induction. Modernité, on vous a dit !

Un dernier mot sur l’espace intérieur : notre Berlingo XL recevait l’ambiance du Pack XTR, avec des sièges à rayures orange, un tableau de bord vert à décoration en TEP blanc, qui se complète dehors par des badges, sabots de protection et coques de rétroviseurs spécifiques ainsi que de belles jantes 17’’. De série sur Shine, on trouve l’ingénieuse lunette arrière ouvrante, super utile vue la taille gigantesque du hayon. Sur cette finition, la boîte à gant supérieure (ou Top Box) est réfrigérée et les sièges avant disposent d’un accoudoir. Comme chez mémé, la clim bi-zone en plus.
Et comme le Berlingo s’adresse aux familles qui ont la gigote, côté multimédia c’est Apple CarPlay et Android Auto + Citroën Connect Nav, comme ça tout le monde est content.

Prix Citroën Berlingo XL : moins amical ?

Citroen Berlingo XL LNA Dumoulin (49)

Citroën Berlingo à partir de 22 400 euros en taille M ; + 1 000 € en taille XL

Modèle présenté : Citroën Berlingo XL 1.5 BlueHDi 130 ch EAT8 à 28 650 € hors options soit 32 090 € incluant les options :

  • Peinture Sable Nacré à 600 €
  • Pack XTR à 750 €
  • 2 sièges au 3è rang à 700 €
  • Pack Drive Assist à 600 €
  • Pack Recharge à 190 €
  • Pack Enfant à 200 €
  • Accès et démarrage mains libres à 400 €

Concurrence

Le Citroën a de nombreux concurrents et cousins à la fois car sur la même base technique : Peugeot Rifter, Opel Combo Life et Toyota ProAce City Verso. Le Berlingo s’en distingue par un positionnement plus avantageux, tant hors options que tout équipé. Viennent ensuite l’Opel, fidèle à sa réputation, Peugeot, mieux équipé de série donc plus cher, et enfin la Toyota, qui facture cher des prestations identiques. Leur ennemi juré commun : le bon vieux (très vieux) Renault Kangoo, dont la nouvelle mouture devrait être présentée prochainement. On l’espère, car il ne dispose que de 5 places, de 115 ch et d’une boîte manuelle, ce qui l’exclut de notre comparatif. Le nouveau Volkswagen Caddy s’est quant à lui déjà dévoilé, mais il est trop tôt pour comparer sa grille tarifaire encore inconnue. Sinon, si le prix importe et pas l’image ni les technologies (ni la modernité, en fait), il y a toujours le Dacia Lodgy. Ou se tourner vers de plus grand monospaces 7 places, Citroën C4 SpaceTourer dans la même famille mais à partir de 34 400 € en finition Shine avec le même moteur et la même boîte de vitesses…

  • Peugeot Rifter GT-Line Long 7 places 1.5 BlueHDi 130 EAT8 à partir de 31 250 € hors options (soit 32 650 € à équipement équivalent)
  • Opel Comb Life Long 7 places 1.5 130 ch BVA8 à partir de 30 600 € hors options soit 33 570 à équipement équivalent)
  • Toyota Pro Ace City Long 1.5 D4-D 130 BVA Design 7 places à partir de 34 390 € hors options
  • Dacia Lodgy 7 places Stepway dCi 115 toutes options à 19 380 € (dès 14 500 en 7 places)
  • Citroën C4 SpaceTourer Shine 1.5 BlueHDi 130 ch EAT8 à partir de 34 400 €

La version XL, c’est la quintessence, la mise en exergue ultime des qualités du Citroën Berlingo. Agréable à regarder, facile à vivre, pratique, spacieux et modulable, il rappelle l’intérêt énorme des ludospaces pour les familles en quête de flexibilité. On n’est pas privé de plaisir au volant ni de technologies, même s’il faut évidemment relativiser sur le premier point car c’est loin d’être le véhicule le plus gratifiant à conduire. Mais ses rivaux feront à peine mieux, pour un rapport prix/équipement défavorable. En attendant le nouveau Kangoo, si vous devez choisir objectivement un ludospace, vous ne ferez pas d’erreur en optant pour le fidèle Berlingo !