Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Essai BMW X3 xDrive20d x-Line 2018 : Toujours aussi bon ?

Essai BMW X3 xDrive 20d x-Line

En cette fin d’année 2017, le BMW X3 fait peau neuve. Il s’agit du troisième du nom, il vient après une première génération lancée en 2003 et écoulée à plus de 620.000 exemplaires, et une deuxième itération encore plus populaire avec 950.000 unités vendues. Présentée au dernier salon de Genève, ce nouveau BMW X3 arrive à la fois avec des évolutions stylistiques et de nouveaux équipements technologiques. De quoi améliorer encore davantage ses résultats commerciaux ? Saura-t-il se montrer à la hauteur de ses prédécesseurs sur un marché toujours plus concurrentiel, notamment face aux Audi Q5 et Volvo XC60 qui viennent juste d’être renouvelés ? C’est ce que nous allons voir.

BMW X3 : une évolution tout en douceur

Fuyant la grisaille Parisienne, nous nous sommes rendus en Corse, à Ajaccio, afin de profiter de ses magnifiques paysages, de sa gastronomie inoubliable mais surtout de ses routes montagneuses et tortueuses. Quoi de mieux comme terrain pour approcher le nouveau BMW X3 ?

A peine sorti de l’aéroport, une flopée de ces nouveaux-nés nous attend sagement, garée sur le parking. Bien que tentés par le design imposant de la version 30d en pack M, nous optons pour une version qui représentera sans doute une part plus significative des ventes : le 20d quatre cylindres de 190 ch en finition X-Line.

L’essai de la version xDrive30d, c’est pour plus tard

Reconnaître le nouveau X3 n’est pas difficile. Le premier changement notable – et non des moindres – se situe au niveau des emblématiques haricots, dont les proportions attirent le regard dès qu’on la voit. Le reste de la face avant évolue subtilement avec notamment la disparition des antibrouillards ronds – propre à l’identité des modèles X – qui deviennent rectangulaires, ou encore les phares, qui ne sont désormais plus rattachés à la calandre. Ces derniers adoptent également la nouvelle signature lumineuse introduite par la dernière Série 7.

Le style évolue en douceur mais diffère bien de la précédente génération

De profil, on note de subtiles évolutions, avec une ligne de toit légèrement plus fuyante sur l’arrière, tandis que les passages de roues se veulent mieux remplis, grâce à des montes pneumatiques plus importantes et des roues plus grandes.

Enfin, à l’arrière, on remarquera l’adoption de feux au style affiné et plus fluide. Exit donc les feux arrière en deux parties, avec cassure à la moitié. Ce genre-là signait notamment les X3 et, plus généralement, les BMW… d’avant l’ère actuelle, d’avant les modèles contemporains.

Le style arrière évolue également tandis que le profil reste quasiment inchangé

Sous le soleil de Corse et malgré une teinte compliquée pour mettre en valeur un véhicule, le coloris Sparkling Storm oscillant entre nuances de vert et de marron, sied plutôt bien à notre X3 20d, tandis que des jantes 19 pouces sont le minimum syndical à disposer pour obtenir un profil équilibré mais aussi bien assis et presque sportif.

BMW X3 : passons à bord

À l’intérieur, nous retrouvons une ambiance feutrée avec des sièges en cuir couleur crème, des inserts en bois précieux et un grand écran tactile de 10,2 pouces. Les éléments composant le tableau de bord, déjà introduits sur les Série 7 et Série 5, sont repris. Entre le dessin de l’habitacle, les compteurs numériques ou encore le GPS tactile, l’harmonie avec le reste de la gamme est assurée tout en affichant une qualité de matériaux et d’assemblage impeccable. Aucun doute n’est permis, nous sommes bien dans une BMW et d’un très bon cru en matière de finition et de qualité perçue.

L’intérieur fait la part belle aux matériaux de qualités et aux assemblages soignés

Développé à partir de la plate-forme CLAR – pour Cluster Architecture – commune aux Séries 5 et 7, le nouveau X3 gagne 5 cm en longueur pour atteindre le total de 4,71 m, mais il se voit allégé de 55 kg. Cette augmentation de taille n’a toutefois aucune répercussion sur le volume de coffre qui reste compris entre 550 et 1600 litres selon la modularité choisie.

Malgré l’évolution des dimensions, le volume de coffre reste inchangé

Ainsi, prendre place à bord du nouveau BMW X3 reste aisé aussi bien aux places avant qu’arrière. Ces derniers demeurent accueillantes pour les grands gabarits avec un espace aux jambes suffisant, sans devoir baisser la tête.

De prime abord, le nouveau BMW X3 se montre intéressant et séduisant pour peu qu’on aime le genre des SUV. Mais alors, qu’en est-il sur route ?

Le X3 côté conduite : le parfait mélange des genres

Faisant figure d’entrée de gamme en motorisation Diesel, le 4-cylindres se veut plutôt discret dès qu’il se met en marche. L’on retrouve très rapidement ses marques, avec l’emplacement habituel du bouton Start, des commandes de feux ou encore de la molette iDrive Touch. Les fidèles de la marque – quel que soit leur modèle – ne seront donc pas dépaysés et au bout de quelques dizaines de kilomètres, ils se sentiront aussi bien dans leur SUV que s’ils étaient dans une berline ou un coupé de la firme bavaroise.

Cela tombe bien car, pour tester pleinement les capacités de ce X3, le tracé proposé par BMW ne nous laisse que peu de temps pour prendre nos repères. En cause, les incessantes montées et les innombrables virages traversant par endroits de charmants petits villages mais aussi des forêts ou parfois des lieux improbables. Si le moteur 20d s’est montré intéressant le long du littoral, offrant de bonnes reprises, il brille également par sa capacité à relancer le X3 dans les pentes les plus ardues. Ce moteur actualisé, de la lignée des Twin Power Turbo, est et reste un excellent compromis entre performances, agrément et consommation. Souvent considéré comme le meilleur L4 2.0 L Diesel, une fois encore il n’usurpe pas sa réputation et sait être séduisant en toutes circonstances.

Le 4 cylindres est assez pêchu pour permettre au X3 de grimper partout

Fort de ses 400 Nm de couple et associé au système xDrive, nous n’avons à aucun moment été inquiétés, tandis que les enchaînements de virages à allure confortable – pour ne pas dire modérée – se font sans fatigue. Oui, on se sent bien à bord d’autant que le confort apporté par les sièges comme les suspensions ne nuit en aucun cas à l’expérience de conduite.

Les sièges sont confortables et la sellerie cuir est de qualité

La boîte de vitesses automatique à 8 rapports est fluide et douce. Les changements de rapport sont presque imperceptibles au volant et seule la sonorité du régime moteur prenant des tours vient trahir le passage d’une vitesse. Une critique au sujet de cette BVA8 ? Oui, elle nécessite, comme beaucoup de ses concurrentes, un appui assez prononcé sur la pédale d’accélérateur afin qu’elle fasse tomber 1-2 vitesses. Rien de rédhibitoire cependant, car tout se passe très bien au volant de ce nouveau X3 sur les routes de l’Ile de Beauté.

La BVA 8 rapports sait se montrer discrète

Le système Stop & Start a été optimisé et combine dorénavant nombre d’informations, afin d’adapter la coupure du moteur lors d’une intersection, d’un rond-point ou encore d’un arrêt/redémarrage du véhicule qui vous précède. C’est intéressant sur le papier mais ce fut trop peu perceptible lors de notre essai pour y prêter attention. Cependant, cela devrait – on l’espère – se ressentir sur la consommation au long cours et chez ceux qui roulent en SUV sur la route et surtout hors du trafic urbain.

Le X3 fait aussi le plein de technologie

Bardé d’aides à la conduite – en options – notre X3 nous aura permis de bien garder à l’esprit les stops à marquer ainsi que les interdictions de dépassement. Faisant figure de bon élève, le système est peut-être d’ailleurs trop scolaire ou trop intrusif, l’alerte sonore se déclenchant sur un stop situé sur une route parallèle à la nôtre, ou encore lorsqu’il fallut s’avancer suffisamment pour obtenir une vue dégagée sur la route avant de se lancer.

En revanche, mention spéciale pour l’affichage tête haute qui voit sa taille décuplée et affiche bon nombre d’informations de manière claire et détachée. Il y a des constructeurs chez qui le HUD (head-up display), un équipement technologique mais aussi de sécurité, est un vrai plus et BMW est de ceux-ci, en améliorant au fil des ans le procédé sans le dénaturer.

La disposition des écrans et des commandes évite d’être trop distrait lors de manipulations.

Profitant de quelques routes moins mouvementées et/ou sinueuses, nous avons pu également jouer avec le système de reconnaissance gestuelle. Sous son apparence de gadget, nous y avons vu un intérêt avec une concentration sur la route moins perturbée lorsque nous avons essayé le système audio.

A ce propos, la qualité d’insonorisation étant bonne dans l’ensemble, le système de base devrait convenir à bon nombre de clients, les autres se tourneront vers l’option Harman Kardon et ses 16 haut-parleurs mais qui fait mal au portefeuille.

Pourtant, personnellement peu intéressé par les SUV – je suis un hérétique et j’assume ! – je reconnais avoir été agréablement surpris par la tenue de route du X3 en conduite dynamique. A l’aide des 3 modes pré-configurés et proposés – voire modifiables si on désire – le X3 devient plus agile et précis en mode Sport, offrant exactement le type d’expérience recherchée sur ce terrain.

Par ailleurs, il faudra garder à l’esprit que la vivacité du comportement en mode Sport a un coût, celui du confort qui devient vite assez ferme notamment sur chaussée en mauvais état. On préférera donc le mode Confort qui préserve le dos des passagers sans nuire à la tenue de route de ce nouveau BMW X3.

Le freinage nous a permis d’évoluer en toute sécurité sur ce type de route

Outre un train avant plutôt incisif et précis, l’arrière vient toujours se placer tel que désiré tandis que les mouvements de caisse sont très bien contenus lors des enchaînements de virages. La transmission xDrive prouve son efficacité en toute situation tandis que le système de freinage offre assez de mordant pour arrêter les 1.800 kg du SUV. Comme c’est souvent le cas avec les SUV premium, on gardera toutefois à l’esprit la masse du véhicule. Un X3 n’est pas un Jimny !

Ayant pu également nous aventurer sur des chemins de terre, le SUV s’est montré là-encore très à son aise, aussi bien en termes de relance que lors de freinages d’urgence face aux nombreux sangliers et faisans que nous avons pu croiser.

Un petit break le temps d’en profiter un peu

Gardez en revanche à l’esprit qu’avec un tel terrain de jeu et à ce rythme, la consommation de 9.0 L/100 km relevée en fin d’essai est certes élevée mais n’est pas représentative d’une utilisation urbaine quotidienne – que l’on imagine avec un bon litre en moins, soit entre 7.0 et 8.0 L/100 km. En conduite dynamique ou soutenue, masse et gabarit seront à prendre en compte et on devra envisager une consommation à deux chiffres.

A la fin, je dois m’incliner devant un tel modèle et admettre que la version xDrive20d en finition x-Line offre un compromis appréciable entre agrément moteur, performances, confort et contenu technologique utile. Est-ce encore un futur best-seller qui s’annonce pour la marque automobile munichoise ? C’est de l’ordre du possible malgré la présence d’une redoutable concurrence sur le marché.

Un nouveau X3 promis à un brillant avenir ?

Bien qu’étant le deuxième modèle le plus vendu de la gamme BMW X dans le monde selon la marque, le segment des SUV premium (ou s’en rapprochant) a vu son paysage bouleversé ces dernières années avec l’apparition de sérieux concurrents tels que l’Audi Q5 le Mercedes GLC ou encore le Volvo XC60 et l’Alfa Romeo Stelvio – tous essayés sur le site.

Chez BMW, la version xDrive20d de 190 ch devrait représenter une part importante du mix de ventes. En finition x-Line tel que sur notre modèle d’essai, nous retrouvons une dotation en équipement plutôt équilibrée et suffisante, sauf pour qui voudra piocher dans le gros catalogue des options qu’aime proposer BMW à ses clients.

le X3 xDrive20d est au final un très bon compromis

Développée à partir de la finition Lounge – avec un tarif démarrant à 51.900 euros – qui inclue la climatisation automatique 3 zones, la banquette rabattable 40/20/40 ou encore les radars avant/arrière, notre finition intermédiaire x-Line va plus loin. Outre quelques améliorations esthétiques plutôt flatteuses et un passage en jantes de 19 pouces venant combler un peu mieux les passages de roues, vous aurez pour une tarification de 57.550 euros le Park Assist, l’alarme, la recharge sans fil par induction, le contrôle gestuel des commandes et le GPS tactile de 10,2 pouces.

Le GPS est réactif et plutôt bien pensé

Plutôt chiche en contenu, la finition haute, baptisée Luxury, n’a par conséquent que peu d’intérêt, ajoutant – entre autres – le vitrage insonorisant ainsi que les sièges électriques et chauffants. La finition sportive M Sport, pour sa part n’apporte que des éléments de design spécifiques ainsi que certains réglages mécaniques (freins et direction notamment). Finalement cette version x-Line est peut être bien la meilleure version qui veut faire un savant et agréable mélange entre luxe et dynamisme, qui sont deux des valeurs qu’entretient BMW depuis de nombreuses décennies.

La version M Sport se reconnaît de loin

La marque à l’hélice vous incitera surtout à compléter votre configuration via le catalogue des options. Parmi celles qui sont à retenir, on notera essentiellement le Pack Innovation (éclairage full led, affichage tête-haute, feux de route anti-éblouissement et Pack Safety), qui est l’option qui rendra votre véhicule plus polyvalent moyennant 1800 euros supplémentaires. Notre modèle d’essai en était pourvu et nous avons pu l’apprécier.

Les phares à LED offrent une excellente visibilité

Les tarifs du X3 xDrive20d démarrent à 51.900 euros en Lounge à 59.950 euros en M Sport – hors options bien évidemment – auxquels il faudra ajouter un malus écologique 2018 compris entre 410 et 1.260 euros selon la motorisation. Il faut tout de même relativiser si l’on compare avec celui de la version xDrive 30i : 5.573 euros de malus ! De quoi, hélas, vous ôter l’envie de faire l’acquisition d’un véhicule neuf.

Nb : le xDrive30d développe 265 ch et non 190 comme marqué dans le tableau officiel 😉

A version équivalente, que propose la concurrence ? Chez la marque aux anneaux, il faudra vous tourner vers le nouveau Q5 – essayé dernièrement –  en 2.0 TDI 190 Quattro S-Tronic et en finition S-Line.

Pour un tarif sensiblement identique à celui du X3 – 57.400 euros, vous aurez le fameux Virtual Cockpit, les phares à leds, le MMI de 8,3 pouces, des jantes 19 pouces ou encore le freinage d’urgence et le Park Assist.

Volvo XC60 2017

Si l’on regarde du côté de Volvo et son nouveau XC60 – essayé dernièrement en D4 190 ch AWD boîte Geartronic 8 en finition Inscription – affiché à 55.220 euros, vous aurez essentiellement et hors options la reconnaissance des panneaux, l’Active City Brake, le hayon électrique, la banquette 60/40 offrant un plancher plat ainsi que la reconnaissance des panneaux.

L’offre entre les trois – tout du moins en terme d’équipements – reste globalement identique si l’on s’y attarde en détail. Les critères que sont le ressenti à bord, les sensations de conduite et le rapport qualité/prix seront à intégrer et prioriser pour faire votre choix.

Toutefois on n’oubliera pas à l’heure du choix des concurrents plus « exotiques » comme l’Alfa Romeo Stelvio, le tout prochain Infiniti QX50, le Lexus NX, le Jaguar F-Pace ou le rare Cadillac XT5 (toutefois sans motorisation Diesel). On aura aussi à l’esprit les modèles équivalents de constructeurs que l’on dit généralistes. Toujours dans l’optique d’un achat, le nouveau BMW X3, notamment dans cette version xDrive20d, semble proposer un excellent compromis pour qui a le budget pour s’offrir un SUV premium du segment D.

Il est probable que la carrière du nouveau X3 soit encore meilleure que sur les versions précédentes

En conclusion, il n’y a pas à dire, le X3 continue de se bonifier avec le temps. Efficace sur tous types de routes, complète en équipements et dotée d’une bonne qualité de fabrication et finition, nul doute que cette troisième génération du X3 va rencontrer son public. BMW vient placer la barre encore un peu plus haut et cela, la concurrence ne va pas aimer ! 

Crédit photos : Fabien LEGRAND