Le Nouvel Automobiliste

Entretien avec Philippe-Emmanuel Jean, responsable de la stratégie concept-car de Peugeot

La Peugeot 508 Peugeot Sport Engineered est un manifeste de la volonté de Peugeot de proposer une nouvelle gamme de voitures hautes performances et à faible niveau d’émissions de CO2 – ce que la marque au Lion nomme « néo-performance ». Nous sommes partis à la rencontre de Philippe-Emmanuel JEAN, responsable de la stratégie des concept-cars de Peugeot, pour nous éclairer quant aux intentions révélées par la voiture, dont la proximité par rapport à la 508 de série laisse augurer un avenir commercial presque certain pour la 508 Peugeot Sport Engineered.

L.N.A. : Bonjour Philippe-Emmanuel JEAN ! Le reveal de la 508 Peugeot Sport Engineered a ravi les amateurs de sportives. C’est la première fois depuis longtemps que vous proposez un concept aussi puissant et proche de la série à la fois. Qu’est-ce qui vous a poussé à franchir le pas ?

Ph.-E.J. : Bonjour ! Peugeot Sport a vraiment une histoire très importante pour la marque. Il y a tout un tas de véhicules dans l’histoire de Peugeot Sport qui sont mythiques. On peut prendre des GTi par exemple, mais aussi plus récemment des concepts comme la 308 R Hybrid, ou la 208 HYbrid FE qui affichait les performances d’une 208 GTi en émettant 49 grammes de CO2 par kilomètre. Nous avons donc une histoire forte sur les véhicules performants, mais aussi hybrides et hybrides performants. Dans le monde d’aujourd’hui, qui s’électrifie de plus en plus – vous le voyez sur notre stand avec nos PHEV 3008, 508, 508 SW, et la e-208 100 % électrique que l’on présente – c’était le bon moment pour nous d’associer les mondes de la performance et de l’électrification. Jean-Philippe IMPARATO et Bruno FAMIN [respectivement directeurs de Peugeot et Peugeot Sport, NDLR] avaient justement annoncé en octobre dernier la volonté de créer une ligne performance électrifiée. A peine 4 mois après, l’objectif, ici à Genève, est de présenter cette 508 Peugeot Sport Engineered, qui pour nous symbolise ce que l’on appelle la « néo-performance », c’est-à-dire le fait de proposer 400 ch, des performances incroyables avec le 0 à 100 km/h en 4,3 secondes, et en même temps de proposer un véhicule qui émet seulement 49 g/km de CO2, et qui peut rouler en ville en mode 100 % électrique pendant 50 km. Donc c’est vraiment, pour nous, le meilleur des deux mondes.

L.N.A. : Les quelques mois de commercialisation de la nouvelle Peugeot 508 vous ont-ils permis d’engranger des premiers retours clientèle qui révèleraient une appétence pour des versions un peu plus musclées ? Un mix élevé sur la motorisation PureTech 225 ch serait peut-être un premier indicateur ?

Ph.-E.J. : Depuis le lancement de 3008 chez Peugeot, nos niveaux haut de gamme – GT Line, GT – représentent un succès incroyable. En moyenne, il me semble qu’on est à plus de 20 % de mix de ventes. Donc on a vraiment, de toute façon, une appétence de nos clients pour les versions Peugeot les plus haut de gamme. Aujourd’hui, ce sont des GT et des GT Line. La GT 225 sur 508 est vraiment assez emblématique pour nous. C’était logique de continuer cette montée en gamme et de proposer des versions performantes mais électrifiées pour convenir au monde d’aujourd’hui et rajouter aussi du plaisir dans la conduite. Puisque le fait d’avoir des versions hybrides change la manière de conduire. On n’est pas dans un véhicule extrême, qui demanderait des compétences de pilote pour être apprécié. Là, on est vraiment dans un véhicule performant, mais qui peut être apprécié par tout le monde.

L.N.A. : Cette 508 Peugeot Sport Engineered nous paraît tellement réaliste dans l’exécution de tous ses détails que l’on imagine difficilement ne pas voir de concrétisation en série de ce concept. Est-ce qu’une puissance aussi élevée que les 400 ch présentés ici peuvent franchir le seuil de la production ?

Ph.-E.J. : Aujourd’hui, le véhicule qui est présenté sur le stand est un concept. Maintenant, nous sommes volontairement très proches de la série et de ce que nous souhaitons commercialiser fin 2020, soit dans 1 an et demi environ. Il y aura certainement des ajustements sur le style, en fonction du retour client que nous allons avoir. Et des ajustements aussi sur la performance. L’objectif est bien de rester dans un véhicule qui soit accessible à tous, et de ne pas être dans une voiture trop extrême. Mais on ne sera pas loin en puissance !

L.N.A. : Il y a un an pourtant, il avait été dit qu’une 508 hybride 4 roues motrices n’était pas envisagée dans un avenir proche, notamment pour des raisons d’habitabilité. Les barrières ont aujourd’hui été franchies. Doit-on comprendre par là qu’une 508 Peugeot Sport Engineered de série aurait un volume de coffre réduit par rapport aux autres versions ?

Ph.-E.J. : Le volume reste le même au-dessus du plancher de coffre. Il n’y a donc pas d’impact négatif à ce niveau. Il y a un moteur électrique à l’avant, et un autre à l’arrière. L’un des avantages de la technologie plug-in hybrid PSA est justement de garantir un volume de coffre qui reste inchangé au-dessus du plancher.

L.N.A. : La masse de la voiture a-t-elle été annoncée ?

Ph.-E.J. : Non, nous ne l’avons pas encore annoncé. Ce que je peux vous dire, c’est qu’entre une version 4×2 PHEV [250 ch, NDLR] et la version Peugeot Sport Engineered, il y a entre 60 et 70 kg de différence, puisqu’il y a un moteur électrique à l’arrière.

L.N.A. : Le surpoids de la voiture par rapport à une sportive thermique ne sera-t-il pas inhibiteur de plaisir de conduite ?

Ph.-E.J. : Non, le fait d’avoir une machine électrique arrière apporte encore plus de plaisir de conduite par rapport à une version deux roues motrices. Vous bénéficiez de l’addition des moteurs thermique et électriques jusqu’à 190 km/h. Cela apporte donc un vrai plus en termes de motricité à haute vitesse.

L.N.A. : Auriez-vous une idée du positionnement tarifaire du véhicule quand nous pourrons l’acheter ? On entend souvent dire chez Peugeot qu’il ne serait pas raisonnable de pratiquer un prix trop haut, aussi importantes que puissent être les performances…

Ph.-E.J. : Je n’ai pas d’informations à vous donner là-dessus. C’est éminemment vrai, mais maintenant il faudra attendre. Le lancement est prévu fin 2020, on le dira donc un petit peu plus tard, on est encore sur un concept-car.

L.N.A. : Un détail intéressant au niveau de la voiture est l’impression 3D, que l’on retrouve dans le process de fabrication de la calandre. Est-ce qu’une telle solution pourrait être industrialisée sur la 508 Peugeot Sport Engineered de série ?

Ph.-E.J. : Cela fait partie des éléments que l’on regarde aujourd’hui. L’objectif est vraiment de coller au plus près de ce que l’on présente en concept, et la calandre 3D en fait partie. L’impression 3D a beaucoup d’avantages car elle permet d’obtenir des formes que l’on ne pourrait pas avoir sans cette technologie. C’est typiquement le cas sur la 508 Peugeot Sport Engineered : sa calandre ne peut exister qu’avec l’impression 3D. Il faut voir si ça fait sens de le proposer en série. Cette technologie reste aujourd’hui à ses balbutiements dans l’industrialisation des véhicules. Il faudra donc voir si on arrive à le proposer à nos clients. C’est un sujet encore en cours de discussion.

L.N.A. : En est-il de même pour les ailettes au niveau du montant C de la voiture ? Y a-t-il une fonction technique, et est-ce que cet élément pourrait franchir le seuil de la production en série ?

Ph.-E.J. : Les winglets font l’objet de réflexions pour les mettre sur le véhicule final. C’est en cours d’analyse avec nos ingénieurs – notamment les aérodynamiciens – pour voir dans quelle mesure on peut les améliorer au service de l’efficience du véhicule. C’était l’objectif dans le design de cette voiture que de suggérer et rendre la voiture plus efficiente. Ça aurait été inapproprié de mettre un grand spoiler à l’arrière. Par contre, jouer sur des éléments comme celui-ci, plus discrets, mais qui améliorent légèrement l’efficience, nous semblait intéressant. Ce n’est pas un non définitif, ce n’est pas un oui définitif, cela fait partie des choses que l’on regarde.

L.N.A. : La 508 Peugeot Sport Engineered arbore de nombreuses touches colorées d’un vert appelé « Kryptonite ». A-t-on là la signature de la nouvelle branche de véhicules de série sportifs et écologiques de chez Peugeot ?

Ph.-E.J. : Oui. C’est vraiment l’une des signatures de nos versions performance électrifiée.

L.N.A. : Nous retrouverons donc cette couleur en tant que telle ?

Ph.-E.J. : Tout à fait.

L.N.A. : Une signature transversale à tous les véhicules de la marque, donc ?

Ph.-E.J. : Sur tous les véhicules, je ne peux pas vous le dire pour le moment. On a annoncé en tout cas en octobre dernier que ce serait le début de la création d’une gamme électrifiée. C’est-à-dire plug-in hybrid ou 100 % électrique. Après, tout est ouvert sur les différentes silhouettes en termes de discussions. Mais je ne peux pas vous communiquer de plan produit, modèle par modèle, sur ce qui sera fait. On ne s’interdit rien en tout cas.

L.N.A. : Pas même une version électrique Peugeot Sport Engineered de la 208 ? En effet, vous exposez la nouvelle e-208 en finition GT. Mais souvent, chez Peugeot, GT appelle GTi…

Ph.-E.J. : Ah bon [Rires] ? On ne s’interdit rien pour le moment.

L.N.A. : On en saura donc plus dans quelques mois ?

Ph.-E.J. : Je l’espère !

L.N.A. : Auriez-vous une anecdote à raconter sur le développement de la 508 Peugeot Sport Engineered ? Peut-être le plus grand défi rencontré lors de sa conception ?

Ph.-E.J. : Le plus grand défi a été le timing. On a annoncé la création de cette ligne au mois d’octobre dernier, et on vous présente un véhicule aujourd’hui. Il a donc vraiment fallu, dans un temps record, mobiliser tous les ingénieurs et les designers pour créer ce manifeste que l’on présente aujourd’hui et qui symbolise la future gamme électrifiée de la marque Peugeot. Ça a été un sacré challenge de créer en quelque mois cette nouvelle ligne.

L.N.A. : Est-ce que, à la fin de l’année 2020, je peux espérer pouvoir rouler en 508 SW Peugeot Sport Engineered ?

Ph.-E.J. : Oui, ce sera proposé en berline et en SW. On a d’ailleurs longtemps hésité pour savoir si on présenterait ici, à Genève, notre concept en version berline ou SW, puisque la silhouette de la 508 SW convient parfaitement à ce typage Peugeot Sport Engineered. Ça aurait aussi été sympa à présenter ! On est assez fiers d’être peut-être la première marque généraliste à présenter un véhicule performant électrifié comme celui-ci. C’est un sacré challenge, et nous sommes maintenant pressés d’être à fin 2020 pour la commercialisation.

L.N.A. : Merci Philippe-Emmanuel JEAN !