Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Dieselgate : querelle entre l’Allemagne, FCA et l’Italie

La semaine s’est avérée relativement tendue entre l’Allemagne et l’Italie, à tel point que Bruxelles a fini par accepter d’intervenir un peu plus afin de résoudre au plus vite le différend entre Berlin et Rome via le groupe FCA interposé.

logo FCA USAAu milieu de la semaine le gouvernement allemand, au travers d’un courrier envoyé au gouvernement italien, a une nouvelle fois accusé directement le constructeur FCA (Fiat Chrysler Automobile) d’utiliser sur ses productions un dispositif truqueur pour dissimuler et/ou réduire les véritables émissions polluantes générées par ses véhicules.

L’accusation avait déjà été portée auprès du ministère des transports transalpin il y a quelques mois mais elle avait été jugée sans fondement par le gouvernement italien qui avait affirmé que ses opérations de contrôle avaient parfaitement validé la conformité des véhicules incriminés. La nouveauté c’est que cette fois-ci Berlin a également écrit à la Commission européenne à Bruxelles pour lui notifier officiellement ses griefs et lui demander de prendre des sanctions à l’encontre de FCA.

Le groupe italo-américain avait déjà rejeté ces accusations au mois de juin et la commission européenne s’est, dans un premier temps, contentée de demander aux gouvernements allemand et italien de résoudre ce problème par le dialogue, sans intervenir directement, tout en souhaitant cependant rester informée de l’évolution de l’affaire.

Mais finalement, face à la tension persistante sur le sujet entre les deux pays membres, la commission s’est finalement décidée à réagir en fin de semaine en acceptant de jouer un rôle de médiation. Selon la porte-parole de la Commission européenne, Lucia Caudet, Bruxelles va aider les autorités allemandes et italiennes, dans la mesure du possible, en vue de faciliter une compréhension commune sans pour autant arbitrer.

Depuis le scandale du Diesel Gate de Volkswagen l’Allemagne a lancée une série de contrôles techniques très poussés sur de nombreux véhicules. Il en ressort que les résultats obtenus sont extrêmement variables essentiellement du fait que l’interprétation de la réglementation européenne en matière de système antipollution est particulièrement complexe et pour le moins élastique…

Selon les résultats d’études menées en Allemagne il ne ferait aucun doute que plusieurs véhicules du groupe FCA équipés du bloc diesel de 2 litres et parmi lesquels on retrouve la Fiat 500X, le Jeep Renegade ou encore le Doblo, soient équipés d’un système de dépollution illégal. Il s’agirait d’un catalyseur d’oxyde d’azote spécial qui cesserait de fonctionner après quelques cycles de dépollution et d’un autre filtre qui se désactiverait au bout de 22 minutes alors que les tests réglementaires durent environ 20 minutes.

Le Diesel Gate Volkswagen n’en finit donc pas de faire des vagues. Et ce n’est sans doute pas près d’être terminé.

Via Reuters