Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Dieselgate : La Corée du Sud accuse Nissan

Notre Qashqai européen, made in UK, se retrouve parfois sur d’autres continents, et dans le cas présent, en Asie et plus précisément en Corée du Sud où il s’est vendu jusqu’à présent 814 Qashqai. Malheureusement pour ce dernier, l’affaire du Dieselgate de ce début d’année n’a fait qu’amorcer un effet boule de neige qui semble ne pas avoir de fin.

La Corée du Sud a donc testé 20 modèles de véhicules depuis l’affaire Volkswagen, et il s’avère que le ministre de l’environnement sud-coréen a annoncé vouloir punir Nissan via une amende de 330 millions de Won (soit approximativement 247,493€ au cour du change actuel) puisque son ministère croit que le constructeur nippon utilise un logiciel de triche en coupant le système de réduction des gaz d’échappement dans des températures normales de conduite. Alors que les 19 autres voitures testées coupaient leur système de réduction de pollution aux alentours des 50°C afin d’éviter une surchauffe du moteur, le Qashqai le faisait à… 35°C !

NDLA : la source indique qu’il s’agit de la température du moteur, mais vu que sa température de fonctionnement « normale » est bien plus élevée, nous avons de gros doutes puisque 50°C est extrêmement loin de la surchauffe et il serait plus plausible qu’il s’agisse de la température de l’air à l’admission

Le constructeur a clairement déclaré « Nissan n’a pas, et n’emploie aucun d’outils de triche ou de dispositice de défaite illégal dans l’ensemble des voitures que nous fabriquons ». À cela s’ajoute que des tests ont été effectués avec des méthodes similaires proposées par la commission de l’Union Européenne, et qu’un véhicule Nissan n’a été surpris en train d’utiliser un tel dispositif.

L’action du groupe sur le marché boursier de Tokyo n’a pas souffert puisqu’en légère hausse en fin de journée.

Si le montant de l’amende semble pour le moment faible, il faut cependant veiller à ce qui va se passer pour toute la gamme du constructeur puisqu’il est fort probable que le ministère de l’écologie de Corée du Sud ne va pas en démordre si facilement.

Sources : Reuters, BBC