Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Diesel Gate : l’accord proposé par Volkswagen aux États-Unis en bonne voie d’être accepté

L’affaire du Diesel Gate de Volkswagen dure maintenant depuis de longs mois mais le constructeur de Wolfsburg peut enfin entrevoir le bout du tunnel, au moins aux États-Unis, puisque l’accord qu’il avait proposé aux propriétaires américains semble satisfaire les propriétaires et la justice.

En effet hier à San Francisco le juge Charles Breyer a affirmé que le tribunal était « fortement incliné » à approuver le règlement proposé par Volkswagen. Cet accord détaillé dans nos colonnes en juin dernier prévoyait pour Volkswagen une solution globale pour tous les propriétaires ou locataires d’un véhicule de la marque équipé du fameux moteur 2.0 l TDI incriminé pour être équipé d’un logiciel truqueur modifiant les émissions réelles du bloc.

Au total le dédommagement couterait au constructeur une somme supérieure à 10 milliards de dollars pour ce seul volet. Il porte sur environ 500 000 véhicules que Volkswagen rachèterait à leur propriétaire en les dédommageant au passage via un complément en plus de la valeur du véhicule compris entre 5 et 10 000 dollars. A l’heure actuelle cependant seuls 336 612 propriétaires se sont inscrits dans ce programme d’accord judiciaire et des négociations se poursuivent quant aux modalités de remboursement. Certains plaignants souhaiteraient par exemple que VW tienne compte des options installées sur le véhicule ou rembourse au prix du neuf et non au prix de l’occasion mais ces derniers ne représentent qu’une très faible minorité des plaignants.

Ces demandes ne semblent en tout cas pas particulièrement inquiéter les avocats de Volkswagen qui se sont montrés résolument optimistes quant à la signature prochaine d’un accord définitif sur le sujet. Satisfaction d’autant plus grande qu’une autre approbation préliminaire avec des concessionnaires franchisés portant sur un remboursement de 1,2 milliard de dollars a également été annoncée hier.

Il faudra cependant attendre encore un peu puisque la décision finale du juge Breyer n’interviendra que le 25 octobre prochain. Cette date permettra sans doute à VW de refermer un volet judiciaire pénible mais elle ne fera pas disparaitre d’un seul coup l’affaire du Diesel Gate puisque de nombreux autres volets, avec les États américains ou avec certaines institutions, sont toujours en cours. On rappellera aussi que tout cela ne concerne que VW pour le moment, alors que d’autres marques du groupe sont également mises sur la sellette, et surtout que le Diesel Gate pourrait très bien se poursuivre encore assez longtemps sur d’autres continents, notamment en Europe compte tenu du fait que la marque avait reconnu que son logiciel truqueur équipait 11 millions de véhicules à travers le monde dont 8,5 rien que sur le vieux continent.

Mais là aussi l’horizon pourrait se dégager pour VW, puisque hier également l’autorité britannique de la concurrence des marchés a annoncé qu’elle n’intenterait pas d’action contre la marque allemande… Peut-être un peu de répit pour le constructeur.

Via ANE