Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Découverte statique : Opel Crossland X

Adieu Meriva, bonjour Crossland X ! L’offre familiale du segment B du constructeur allemand évolue avec le lancement en 2017 de l’Opel Crossland X. Au programme : un peu de modularité, de l’espace à bord, et un style de SUV. De quoi se différencier de son cousin français, le futur Citroën C3 Aircross ?

Contexte

Le Mokka X se vend bien. Très bien, même puisqu’il s’agit du plus vendu des SUV de segment B en Europe. Il bénéficie autant de l’absence de concurrents frontaux –un 3008 est plus long, un Captur plus court- que de véritables qualités (style, intérieur, taille).

Pour étoffer son offre, Opel lance cependant un petit frère au Mokka X avec le Crossland X.

Style hybride

D’extérieur, le style de ce Crossland X reprend tous les derniers éléments forts du design Opel. Les optiques ont une signature lumineuse en boomerang ; un jonc de chrome tombe du pavillon sur les feux ; et une nervure latérale donne du relief aux portières… Cette nervure, d’ailleurs, n’est pas sans rappeler d’ailleurs celle du défunt Meriva.

Certains détails sont réussis, notamment les barres de toit, affinées pour bénéficier à l’aérodynamisme et au style, comme sur une 308 SW ou des modèles premium. On remarque aussi les jantes avec deux nuances de gris. Le biton de la carrosserie allège la ligne. On regrette en revanche le vieillot monogramme « Turbo D » digne des années 90 sur le hayon…

Ce qui caractérise cette proposition, c’est son mélange des genres : un style de SUV, avec des protections plastiques en passages de roues et bas de caisse ; mais malgré tout une silhouette de monospace, avec 1,59 m de hauteur pour 4,21 m en longueur et 1,76m de largeur. 4,21 m, c’est 9 cm de moins qu’un Meriva, et « seulement » 7 cm de moins qu’un Mokka X.

Ainsi que l’explique Thibaut Donneux, designer qui a signé l’extérieur du Crossland X, « ce n’est pas à proprement parler un SUV mais un crossover. Contrairement à un SUV, on se limite à 17’’ pour les jantes, contre 19 sur un Mokka. De même, la garde au sol est plus basse que celle d’un Mokka X. Et le modelé de l’auto est plus centré ville que SUV de profil notamment avec la custode, quand un Mokka X met plus en avant les muscles et un thème horizontal. Enfin, c’est un crossover car elle a une personnalisation du pavillon, de la même façon que sur l’Adam ».

Intérieur classique

L’intérieur ne dépaysera pas le fidèle d’Opel : la configuration ressemble beaucoup aux dernières Astra et Corsa. L’écran central taille jusqu’à 8 pouces, intègre Apple et Android, et propose une interface « IntelliLink » assez intuitive.

L’ensemble apparaît plutôt bien fini sur les préséries qui étaient mises à disposition : on remarquera les entourages de portières (que même BMW ne propose plus sur son Active Tourer…). On constate en revanche que l’ambiance est au noir, seulement rehaussé par la sellerie ponctuée de fil jaune.

Côté technologie, le Crossland X accueille une recharge par induction des smartphones, l’affichage tête-haute couleur, une caméra de recul à 180°, phares 100 LEDs à éclairage adaptatif, un hotspot Wi-Fi 4G couplé aux services OnStar. La caméra frontale Opel Eye permet la lecture des panneaux, le maintien dans la voie, et l’alerte collision. Un dispositif anti-somnolence du conducteur arrivera en 2018.

La modularité est à l’honneur, avec une banquette 2/3-1/3, et dans le coffre deux niveaux de plancher (le niveau le plus haut correspondant au niveau des dossiers repliés pour former un plancher plat). Tout rabattu, le coffre mesure 1255 litres ; banquette en place, 520 litres. Astuce : la plage arrière peut se ranger derrière la banquette, pour charger de hauts objets. Ainsi paré, le Crossland X confirme sa vocation de monospace « carrossé SUV ». A noter, la possibilité de doter le toit d’un velux vitré hélas non-ouvrant.

Un Opel Crossland X à l’heure de PSA

Après un petit mois de rumeurs, le rapprochement entre PSA et Opel est désormais officiel. Pourtant, ce Crossland X est déjà un produit croisé : il est conçu comme cousin du Citroën C3 Aircross, remplaçant du Citroën C3 Picasso et lui aussi en passe de devenir un crossover. Cependant, Michael Gigleux tient à rappeler que « le Crossland X a été conçu indépendamment de Citroën. Bien-sûr, nous avons eu des échanges avec leurs équipes au début du projet, pour décider de l’angle du pare-brise, faire quelques ajustements, mais pas au-delà ensuite sauf à des moments ponctuels pour des pièces partagées. » Ainsi en est-il sûrement du bouton « Start Stop », hérité de la banque d’organes… PSA.

Sous les capots, qui étaient plombés lors de notre reportage, des blocs Diesel 1,6 l 99 et 120 ch. 3 essence seront aussi disponibles : les 1,2 (PureTech) en 81, 110 et 130 ch, ce dernier accouplable à la boîte automatique EAT6. Le constructeur annonce aussi une offre GPL.

Les prix de ce nouveau Crossland X seront annoncés le 21 mars : les livraisons débuteront en juin. Plus crossover familial que véritable SUV, le Crossland X trouve finalement bien sa place dans la gamme Opel sous le Mokka X. Reste à voir si la clientèle suivra, car ces derniers temps, le style a pris le dessus sur la praticité pour certains produits (par exemple, Renault Espace V). Habile mélange des genres, le Crossland X pourra au moins prétendre avoir du style ET des aspects pratiques. Ce n’est pas le cas de tous les crossovers urbains.

Texte et photos : François M. – The Automobilist