Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Découverte statique du DS 7 Crossback Rivoli 2018

DS 7 Crossback Rivoli 2018

C’est l’une des grandes nouveautés attendues en 2018 : le DS 7 Crossback. Révélé au début de l’année 2017, il incarne l’avenir et la relance de la marque DS, qui vole de ses propres ailes depuis 2014. Ce SUV mondial est le premier lancement d’une nouvelle gamme, et présente aussi nombre des gimmicks de style ou de finition qui seront déployés ces prochaines années. C’est pour toutes ces raisons que nous sommes allés découvrir au DS World Paris, le showroom de la marque à Paris, le DS 7 Crossback dans sa finition Rivoli. 

Bref rappel de la gamme DS 7 Crossback

Après la série de lancement « La Première », proposée à la commande jusqu’au 31 décembre 2017, la gamme du DS 7 Crossback va s’articuler autour de 6 niveaux. Dans l’ordre, Chic, So Chic, Performance Line, Performance Line+, Grand Chic et La Première, ainsi qu’un degré Business pour les flottes. La plupart de ces intitulés correspondent à la gamme DS actuelle, et reprennent les noms déployés depuis les débuts de la marque.

Ces finitions s’accompagnent d »‘inspirations » pour l’habitacle. Elles sont 4 : Bastille, Rivoli, Opera et Performance Line. Bastille propose une sellerie tissu, les autres du cuir. Opéra est le plus chic avec des sièges au motif bracelet de montre, tandis que Performance Line se singularise par des inserts couleur carmin, de l’Alcantara et des chromes texturé à l’extérieur.

Première rencontre avec le DS 7 Rivoli

Venons-en enfin à l’Inspiration Rivoli. Elle est intermédiaire, avec un cuir grainé nappa noir basalte de bel effet y compris sur la planche de bord, sans la complexité du bracelet de montre.

Les boutons ainsi que les monogrammes sont dotés de finition à guillochage appelé « Clous de Paris », tandis que les contre-portes sont éclairés par une trame de losanges. Des contre-portes où, à l’avant, ne sont pas installés les lève-vitres. Comme dans la DS 5, ils sont au centre de la console, et ce n’est qu’à l’arrière qu’ils dans les portières.

Le volant est en cuir, y compris le cache-airbag central ce qui est une chose assez rare dans la production. Très rectiligne, la planche de bord profite des buses d’aération pour rejoindre les portières. Il se remarque à l’écran central 12 pouces, le plus large du Groupe PSA avec celui du Citroën C5 Aircross. L’ensemble est surmonté d’une montre BRM R180 escamotable.

Les compteurs sont rassemblés dans un second écran 12 pouces, dont le graphisme est propre à DS et met en valeur les losanges, lointainement issus de la trame DS. Plusieurs ambiances sont proposés pour l’affichage, à sélectionner depuis le volant.

Un extérieur reconnaissable

Comparé à l’intérieur, original, l’extérieur peut sembler plus classique. Les DS 7 Crossback se reconnaissent à leurs monogrammes collés notamment sur le panneau de coffre et les portières avant. La teinte du modèle exposé est le Brun Andradite, une teinte nacrée pour la première fois utilisée chez PSA.

Les jantes sont des 18 pouces appelées Buenos Aires, qui sont loin d’être la plus grande monte proposée. Cela explique en partie pourquoi les passages de roue semblent un peu « vides », mais hélas cet effet demeure y compris avec les 20 pouces dits « Tokyo ».

C’est enfin par ses optiques que le DS 7 Crossback Rivoli se remarque. A l’avant, trois modules LED rotatifs s’animent à l’allumage du véhicule, et sont de couleur violet. Ils prennent une teinte blanche lorsque le véhicule est en mouvement. A l’arrière, les feux sont aussi à LED avec un bel effet lumineux de nuit.

Ce DS 7 Crossback Rivoli est à découvrir au DS World Paris, et rejoindra l’an prochain toutes les concessions DS de France, de Navare –et aussi de Chine, en décalé. Pour le détail complet des tarifs, je vous reporte à l’article idoine.

Crédit photos : The Automobilist