Le Nouvel Automobiliste

Découverte statique de la nouvelle Peugeot 208

La nouvelle Peugeot 208 est l’une des nouveautés françaises les plus attendues de cette année 2019. Et depuis sa présentation au public au Salon de Genève en mars, la petite lionne se fait désirer ! Alors que sa meilleure ennemie, la Clio V, est officiellement lancée, la sochalienne attend octobre pour arriver en thermique avant de débarquer, deux mois plus tard en décembre, en électrique. Une révolution mécanique qui n’est pas la seule pour la Peugeot 208, qui repense également son style et son aménagement intérieur. Rencontre avec le nouvel enfant de Sochaux en exclusivité, à quelques semaines de son arrivée dans les concessions, au Parc de Saint-Cloud.

Nouvelle Peugeot 208 : plus féline que jamais !

La face avant de la nouvelle Peugeot 208 résume à elle-seule la transformation amenée par cette seconde génération : elle ne conserve aucun trait commun avec la précédente. Les phares disparaissent dans une signature lumineuse à trois griffes de diodes sur fond noir, dont l’une est prolongée dans le bouclier tel un croc rappelant la grande sœur 508. La calandre se fait plus massive qu’auparavant, soulignée d’un petit sourire.

Le monogramme 208 apparaît au bout du capot, voulu plus horizontal afin d’allonger visuellement la voiture. Ce détail n’en est pas un puisqu’il résulte du changement de plateforme : la 208 est bâti sur la nouvelle architecture CMP, étrennée par le SUV DS 3 Crossback, et non sur la PF1 qui équipe une Citroën C3. Les points d’ancrage, et notamment ceux des montants A ainsi que l’angle du pare-brise, ont ainsi pu être repensés. Tout concourt in fine à faire de cette Peugeot 208, mais c’est aussi le cas de sa petite sœur allemande l’Opel Corsa, de vraies petites compactes.

La forme du vitrage n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui d’une Peugeot 308… ou d’une Peugeot 205. Eh oui, le Sacré Numéro, véritable statue du Commandeur au pays du Lion, a inspiré la dernière-née : le montant C avec son méplat, où s’affiche la définition du modèle (e pour e208, GT ou GT-Line pour les thermiques haut-de-gamme), ou encore les arches de roues noires de GT et GT-Line, sont des éléments empruntés à la 205. Ce n’est pas le cas, en revanche, de la forme du hayon, creusée vers l’intérieur, et surplombée par un bandeau noir qui relie les feux, là encore comme sur une 508. Le coloris Jaune Faro, qu’inaugure cette nouvelle 208, sied particulièrement à la plastique de la voiture.

i-Cockpit 3D : l’autre révolution de la nouvelle Peugeot 208

La première 208 avait inauguré l’architecture « i-Cockpit » des habitacles Peugeot : la nouvelle Peugeot 208 en profite pour la repenser intégralement ! Le petit volant n’a plus que 2 branches contre 3, et est à présent commun avec 3008 et 508 ce qui représente une sacrée montée en gamme. L’écran central est toujours accessible et au-dessus des aérateurs, mais il est désormais plus horizontal, tandis que les compteurs au-dessus du volant ont un affichage 100 % numérique et évolutif, selon la conduite.

C’est là que les mots sont un peu « vains » par rapport à une véritable expérience utilisateur. Il faut en effet le voir pour le croire mais, tentons malgré tout de le décrire. Les compteurs de la 208, qui comportent plusieurs animations selon les modes de conduite ou types d’affichages (avec carte GPS, avec le centrage dans la voie) utilisent plusieurs niveaux d’affichage. Ainsi, la vitesse ou les panneaux ressortent visuellement au-dessus des autres informations (régime moteur, jauge) lorsque cela est nécessaire (changement de vitesse, freinage…) grâce à une projection en 3D des informations. Difficile à décrire, encore plus compliqué à prendre en photo mais indéniablement à expérimenter !

Technologies et aspects pratiques de la nouvelle 208

Cette surprise visuelle va de pair avec l’arrivée de la conduite semi- autonome, une quasi première dans le segment B avec la Clio V. Régulateur adaptatif jusqu’à 0 km/h et redémarrage (ou dès 30 km/h en manuelle), frein automatique, maintien dans la voie… : toutes les aides à la conduite que la 508 propose se retrouve dans la 208, vision nocturne exceptée !

Mais cette modernité technologique ne doit pas occulter le reste de l’habitacle de la 208, voulu plus qualitatif. Il reprend l’esprit des 3008 et 508, avec de beaux matériaux moussés en coiffe, des plastiques laqués pour la console centrale, le même levier de vitesse pour les versions à boîte automatique que tout le Groupe PSA, et des connectiques modernes (4 USB dont 1 USB C par exemple, et la recharge par induction). L’info-divertissement est compatible Bluetooth, CarPlay et Android Auto, tandis que les touches centrales façon clavier de piano accueillent les raccourcis menus de l’écran. Simple, élégant, ergonomique et surtout bien assemblé, notre modèle de découverte GT-Line avait ainsi fière allure.

Les aspects pratiques font, eux, plutôt grise mine. Certes l’accès mains-libres est possible avec ouverture de la voiture par smartphone. Certes la boîte à gants offre un volume décent, mais le coffre est en retrait (notamment face à une Clio qui atteint presque les 400 litres), faisant que la 208 se cantonne à son statut de citadine sur ce point. Tandis qu’à l’arrière, tant la longueur de la banquette que la largeur des portières viennent rappeler que la 208 n’empiétera ni sur le territoire commercial d’une 308, ni sur celui d’un… 2008. Le « petit » SUV du Lion étant promis à une croissance impressionnante lors de son renouvellement, au point d’atteindre les 4,30 m.

Dès lors, que reste-t-il aux petites pour (presque) paraphraser la rivale Clio ? La compacité, cruciale en ville et dans certains parkings, ou encore l’agilité grâce à des roues aux 4 coins de la voiture qui donnent grandement envie de vérifier si son côté « boule de nerf » se retrouve au volant. Pour l’heure, la découverte reste statique, avant des premiers galops d’essence début octobre.

La nouvelle Peugeot 208 en vidéo :

La gamme de la nouvelle Peugeot 208

Si nous vous avons présenté les tarifs de la nouvelle 208 au printemps dernier, il est bon de découvrir en images l’articulation de cette gamme. De la « Like » d’entrée de gamme qui débute à 15 500 euros à la « GT » qui culmine à 37 150 euros en électrique e208, il y a un monde d’écart, même si chacun devrait trouver midi à sa porte. Entre ceux qui estiment les passages de roues comme étant « de trop » et ceux qui trouveront les modèles Like et Allure trop discrets, tous les goûts seront servis.

Peugeot 208 Like

Peugeot 208 Active

Peugeot 208 Allure

Peugeot 208 GT Line

Peugeot 208 GT

La nouvelle Peugeot 208 en photos :

Crédit photos et vidéo : Le Nouvel Automobiliste