Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Dans les coulisses de chez Nissan : showtime, baby !

Le Qashqai est le modèle phare de Nissan en Europe. Commercialisé depuis 2006, le crossover de la marque Japonaise vient de fêter récemment son 500 000ème exemplaire produit en Angleterre, plus précisément dans l’usine de Sunderland – appartenant à la branche Europe de Nissan.

Cette usine, employant actuellement quelques 6000 personnes (tout en étant le premier employeur de la région), fut construite en 1984 et fabrique aujourd’hui trois modèles de la marque : le Qashqai, le Juke, la Leaf mais également la Q30 de chez Infiniti (la marque de luxe de Nissan), sur deux lignes de production distinctes.

Mais bien avant de finir sur les lignes de fabrication, un véhicule, c’est avant tout une idée – voire une volonté – du marketing et de la direction. Prenons ensemble la route de la côte nord-est de l’Angleterre pour aller découvrir le studio de design de Nissan à Sunderland.

Usine Nissan Sunderland

Page 1 : Dans les crayons d’un designer
Page 2 : Dans les outils numériques d’un 3D Digital Modeller
Page 3 : Dans la matière première des Clay Modellers
Page 4 : Le designer imagine, l’ingénieur projette dans la réalité.
Page 5 : Vers le bout du tunnel ?

Dans les crayons d’un designer

Goran Ozbolt
Goran Ozbolt

L’idée de faire naître un véhicule, c’est avant tout celle de renouveler un modèle existant, ou celle d’investir un nouveau segment de marché. Une fois cette idée définie, un brief (document centré sur le résultat à obtenir d’un point de vue design et non esthétique) est alors donné à plusieurs designers afin de recueillir un maximum de propositions, aussi bien en interne (chez NDE – Nissan Design Europe qui emploie 50 personnes), qu’en externe.

Objectif en tête, le designer va chercher l’inspiration dans ce qui l’entoure afin de commencer à dessiner les lignes du véhicule, tout en essayant de résoudre les problématiques actuelles des conducteurs : unité de gamme, cohérence du positionnement, réalisme industriel et normatif du produit fini. Et tout cela, dans le but de pressentir voire de définir les tendances du design des prochaines années ; l’actuelle étant la simplification des lignes et des IHM (interactions homme / machine).

Là où l’on peut être surpris, c’est que tout cela se fait à une échelle réduite… et sur papier !

En effet, il est plus aisé pour eux d’imaginer leur vision du véhicule de manière globale puis de commencer à agrandir les proportions afin d’y inclure de plus en plus de détails et de volumes, tout en alternant les angles de vue. Une fois que le designer a une vision complète du véhicule, il passe alors au dessin numérique, en esquissant dans un premier temps les principales lignes, puis en complétant avec des nuances de couleurs, et enfin en ajoutant du volume avec des touches de lumière et d’ombre.

Tout au long de ce processus créatif, le designer doit s’assurer que sa proposition reflète bien la marque, le métier cherchant avant tout à apporter un plus à celle-ci et non à flatter son propre ego avec sa création.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les designers ne sont pas pour autant isolés du reste des équipes et encore moins des ingénieurs, qui essaient de les sensibiliser au maximum à certaines problématiques afin d’optimiser les échanges avec eux.

Une dizaine de propositions est ensuite étudiée très attentivement, et seulement trois sont sélectionnées pour l’étape suivante. Les nominés reprennent ensuite leurs propositions respectives (composées d’une vue avant de 3/4, d’une de profil et enfin une de 3/4 arrière) afin de continuer à les travailler dans le but d’être l’heureux élu.

Que deviennent les non-sélectionnés, me direz-vous ? Et bien, même si un désigner – en tout cas interne – ne voit pas sa proposition retenue, il fournira tout de même une aide précieuse à son collègue ayant gagné cette « compétition », en essayant avant tout de comprendre son processus créatif, dans le but de s’adapter au mieux au travail à fournir.

Une fois la première étape de la sélection franchie, le 3D digital modeller prend le relai (titre pompeux selon vous ? Lisez la suite pour comprendre que non).