Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Daimler et Tesla cessent toute collaboration

Selon Frédéric Beigbeder, l’amour dure trois ans. Entre Tesla et Daimler, la vie de couple aura finalement tenu sept ans. Depuis peu, chacun a repris son chemin… électrique.

L’histoire entre Tesla et Daimler débute en 2009, lorsqu’en plein développement mais aussi très fragile, Tesla avait vu Daimler prendre une participation mineure de son capital, à hauteur de 9,1 %. Le partenariat permettait ainsi de à l’Etoile de profiter des batteries de l’américain pour ses deux premiers VE, la Classe B Electric Drive et la Smart Fortwo ED. Les deux modèles, peu médiatisés et aux performances assez loin des références du marché (Renault Zoé et Nissan Leaf) que ce soit en autonomie ou en praticité, ne sont pas des best sellers.

Premier signe de la fin des amours entre l’américain et l’allemand, la revente de la participation de Daimler en 2014, passée à 4 % après augmentation du capital. L’année suivante, Tesla présentait ses batteries domestiques Powerwall et Powerpack. Daimler, quelques semaines plus tard, dégainait ses propres batteries domestiques, issues de la société qu’il a absorbé, Deutsche Accumotive ! Plus largement, Daimler investit 500 millions d’euros dans une deuxième usine de production de batteries au lithium-ion située en Allemagne.

Depuis, silence radio, jusqu’à une prise de parole d’Harald Kröger, Directeur du Développement des VE de Daimler, qui à Automobilwoche a déclaré qu’il n’était plus nécessaire pour l’allemand de se fournir chez Tesla : Daimler peut surseoir à ses besoins en batteries et en composants de chaînes de transmission électrique, de même que les Classe B et Fortwo électriques arrivent en fin de carrière. Cette séparation apparaît logique puisque Tesla devient un véritable concurrent des produits Mercedes. Ce dernier a la masse critique aussi pour développer ses propres solutions puisque le groupe Daimler produit des bus, des camions, et a besoin des mêmes équipements pour tous ses produits hybrides et hybrides rechargeables.

En marge de cela, mais à ne pas négliger, il y a le partenariat de Daimler avec le premier fabricant de VE au monde, l’Alliance Renault-Nissan, qui se concrétisera par le lancement des Smart Fortwo et Forfour électrique avec le moteur R40 Renault fabriqué à Cléon pour sa Zoé. Reste à savoir cependant si Daimler demandera à Tesla de ne plus utiliser ses commodos, présents notamment sur la Model S.

Via CCFA
Photo de couverture : Mercedesbenzblog