Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Crash-tests en Inde : une étoile pour la Renault Kwid et des critiques

La Renault Kwid avait subi un « mauvais buzz » lors de son premier crash-test : dépourvue d’airbags, elle s’en sortait avec 0 étoile, critiquée pour sa dangerosité par le Global NCAP. Depuis, l’organisme a re-testé la voiture, cette fois en finition supérieure équipée du seul airbag conducteur. Bilan : 1 étoile, assortie de critiques.

Ces critiques, le Global NCAP les attribue aussi au Honda Mobilio, lui aussi envoyé contre le mur, en deux versions : avec et sans airbags. Bilan, la version sans coussins gonflables termine sans étoile, quand la version à airbags frontaux glane 3 étoiles. Ce qui fait dire à l’organisme sa « déception globale de voir la sécurité considérée comme optionnelle et non fondamentale ».

En effet, la preuve avec ces deux crashs-tests est faite que les versions de base sont dangereuses, mais aussi que l’effort afin de les rendre plus sûres n’est pas si important. Côté Honda, la présence de deux airbags seulement améliore de beaucoup le bilan. Côté Renault, on a opéré quelques améliorations depuis le premier test, mais le résultat reste mauvais : la présence d’un airbag et d’une ceinture à prétentionneur seulement pour le conducteur n’améliore pas grand chose.

Une étoile seulement à la fin -la tête s’en sort, le reste du corps moins. Remarquons que sur les images, la voiture apparaît légèrement moins détruite (pilier A et portières résistent davantage et ont dû être renforcées, de même que le châssis). Un résultat à la fois proportionnel au prix d’achat très accessible de la Kwid, et toujours inquiétant pour celle qui est la voiture de l’année en Inde.

Pour David Ward, le Secrétaire Général du Global NCAP, « Renault a réalisé des progrès limités, ils devraient faire en sorte que la version à une étoile soit le modèle standard, et non une option. Honda a également montré qu’avec 2 airbags, ils pouvaient atteindre 3 étoiles. Les équipements de sécurité ne devraient pas être des options. Ces deux constructeurs produisent des voitures sûres sur d’autres marchés, ils ont donc les compétences pour rendre leurs productions indiennes plus sûres. Nous attendons qu’ils s’y attellent dès maintenant. »

Le Président de l’Institut de l’Éducation au Trafic Routier, Rohit Baluja, ajoute que « les consommateurs indiens ne sont pas aujourd’hui conscients de la véritable sécurité des voitures qu’ils achètent en cas de crash frontal. […] La sécurité devrait être un standard indiscutable ».

Via Global NCAP