Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Coupes de Printemps 2016 : rencontres d’un autre temps

Chaque année les Coupes de Printemps sonnent l’ouverture de la saison des sorties sur circuit pour nombre de passionnés automobile. Cette 8ème édition n’aura pas dérogé à la règle avec une journée autour de la passion pour l’automobile ancienne qui, comme tous les ans, est organisée sur l’autodrome historique de Montlhéry.

Maserati 8CM 3000

Ici pas de notion de compétition et de chronométrage. Ce samedi 2 avril, nous nous sommes donc propulsés le temps d’une journée aux grandes heures de Montlhéry avec la présence d’environ 80 voitures de collection antérieures à 1972. Divisées en 3 plateaux homogènes, ces anciennes se dégourdissent les bielles sur les 3,405 kilomètres du circuit.

L’événement nous paraît tout de suite très familier et à taille humaine. L’ambiance est particulièrement intime avec peu de participants et des voitures très accessibles. On parle d’ailleurs bien de voitures très facilement ouvertes à tous, mais aussi et surtout de voitures « vivantes » avec un vécu qui marquent les traits de chaque modèle. À l’instar d’un Homme usé par ses voyages et son expérience, ces modèles dégagent un réel sentiment d’authenticité et ne cachent pas le passage du temps sur leur cosmétique. Cela peut vous paraître étonnant, mais c’est un réel plaisir de retrouver de « vraies » voitures qui n’ont pas un état concours plus neuf que la normale en abusant de « chirurgie esthétique » à l’image de Pamela qui tenterait de cacher le passage du temps sur son physique.

La mécanique ancienne, parfois capricieuse, ajoute également au charme de l’événement. Pas de quoi pourtant s’inquiéter, ici chacun partage son expérience et ses compétences pour entretenir ces grands-mères. Les discussions avec de passionnés propriétaires sont très nombreuses et nous permettent de découvrir et apprécier chaque voiture à leur juste valeur.

Les participants, venus parfois de toute la France et même de l’étranger, se regroupent en trois plateaux différents en fonction de leur année de commercialisation, leur châssis, leur carrosserie et leur moteur. Ces plateaux qui, si j’en crois les habitués de l’événement, ne seraient pas au même niveau que les précédentes éditions présentent tout de même toujours des modèles d’une variété et une qualité particulièrement attirante. On notera tout de même cette année la présence d’une sublime Maserati 8C 3000.

Ces trois catégories homogènes réalisent à plusieurs reprises des sessions de 30 minutes en empruntant les 4,405 km du tracé de Montlhéry avec l’anneau et trois chicanes. Quel bonheur de voir rouler des voiture l’histoire si poignante sur un circuit à l’historique si fort. Cela ne fait que contribuer au plaisir de s’échapper du quotidien pour revivre l’émotion de l’automobile ancienne le temps d’une journée. Difficile d’affirmer sur cet événement que les autos sont aseptisées. Les odeurs d’huile sont omniprésentes, le bruit est envahissant, aucune carrosserie ne se ressemble, les volants vibrent, les directions sont imprécises, les suspensions dures… L’imperfection prend réellement sa place pour notre plus grand bonheur. Une chose est sûre, cela faisait des années que des amis insistaient pour que je découvre cet événement et je suis loin d’en être déçu. Vivement la prochaine édition !

Crédit photos : The Automobilist