Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Citroën C3 2017 : Premier prototype

La citadine de Citroën va bientôt changer de peau : après deux générations sous une architecture au toit haut-perché, elle va revenir à une silhouette basse… façon Peugeot 208 !

Les temps sont durs pour Citroën qui, faute de nouveauté, voit sa gamme vieillir. La C3, locomotive des ventes, accuse en cette année 2016 sa septième année. Et ce n’est pas le restylage « pour la forme » opéré en 2013 qui lui a changé la vie : quelques diodes dans le bouclier, une nouvelle calandre chromée… D’ailleurs, cette nouvelle face avant été déjà portée par la version sud-américaine de la C3 dès 2012.

Entretemps, Citroën a subi une mue philosophique : la marque doit faire dans l' »essentiel » et la « feel good technology ». Ou, pour le dire plus crûment, dans le « cool-fashion » et le « ça coûte pas cher à produire ». Du Dacia qui ne dit peut-être pas (encore ?) son nom, en tout cas dans la droite ligne de la « frugalité » imposée comme mantra depuis la venue de Carlos Tavares à la tête de PSA, et qu’il avait déjà installée chez Renault auparavant.

Si bien qu’à la fin on se retrouve avec des économies malines : réutilisation ça et là des jantes (de 308 I phase 2 sur la C4 II phase 2, de 208 phase 2 sur la DS 3 restylée), voire des structures complètes pour du cross-badging (un 2008 étant recarrossé en C3-XR en Chine). Avec la nouvelle C3, véhicule ô combien important pour Citroën (sa meilleure vente annuelle avec le C4 Picasso), on abandonne la structure originale qui donnait un pavillon très haut, pour une caisse plus basse. Soit… une allure de Peugeot 208, mais aussi de Renault Clio IV comme le montre l’image d’Auto-Plus Reporter.

Y a-t-il lieu de s’en plaindre ? Oui parce que Citroën perd en originalité ; et non car grâce à cette ligne la prise au vent sera moindre, et donc les consommations comme les bruits aérodynamiques inférieurs. Avec un châssis de 208 et une hauteur de caisse identique, le comportement routier sera meilleur aussi, si les moteurs suivent. Reste à savoir si le pare-brise panoramique Zénith sera conservé car il fait partie des atouts de la voiture pour séduire. Pour la carrosserie en tout cas il semble que les phares effilés à diodes avant façon C1/C4 Cactus/C4 Picasso soient de la partie, avec double optique en dessous ; sur les côtés, la présence d’Airbumps est également envisageable. Sans les Airbumps, voici une illustration d’Alvolante.it :

Les motorisations devraient être calquées sur la gamme 208 avec des essence PureTech 68, 82, 110 ainsi que des BlueHDi 75, 100 et 120 chevaux. Prions pour que la boîte ETG5 soit mise à la retraite pour laisser place à une véritable boîte automatique. Une version électrique semble un peu prématurée, d’autant que de telles technologies plus chères à proposer au public (sans leasing mensuel des batteries façon Renault Zoé) serait davantage réservées à DS. La production de cette C3, après avoir été réalisée à Aulnay-sous-Bois jusqu’en 2013, puis à Poissy depuis, quittera la France pour s’installer à Trnava en Slovaquie, aux côtés de la 208 et en lieu et place de la C3 Picasso partie sur le site Opel de Saragosse.

Côté calendrier, nous sommes en janvier et c’est le premier prototype de C3 « III » qu’il nous est permis de découvrir. Il y a fort à parier que le véhicule n’a pas fini son développement. Dès lors, une présentation pour le Mondial de Paris semble envisageable, avec une commercialisation probablement dans les mois qui suivent, voire en 2017. Il faudra tenir d’ici là pour Citroën une longue année sans réelles nouveautés…

Via Autoplus Reporter & Worldscoop