Le Nouvel Automobiliste
Bugatti Chiron Pur Sport

Bugatti Chiron Pur Sport : l’hypercar des circuits

Il n’y a encore pas si longtemps, une nouvelle déclinaison d’une Bugatti était un événement rare. Désormais, c’est presque devenu chose courante ! La marque de Molsheim présente aujourd’hui la Chiron Pur Sport, version revue et corrigée de son hypercar phare, plus adaptée à un usage sur piste.

Chiron, Chiron Sport, Divo, La Voiture Noire, Centodieci, Chiron Super Sport 300+, et donc Chiron Pur Sport depuis ce jour, on peut dire que Bugatti ne chôme pas !

Au programme cette fois-ci, une déclinaison plus radicale de la Chiron, moins axée sur la vitesse de pointe mais plus sur l’agilité en courbe. La Chiron Pur Sport se contente en effet d’une vitesse maximale de « seulement » 350 km/h, soit tout de même 140 km/h de moins que sa grande sœur la plus énervée, et 70 km/h de moins qu’une Chiron classique.

Pour compenser cet affront, les ingénieurs de Bugatti se sont focalisés sur d’autres points plus importants : le poids et l’aérodynamisme.

Le régime aura été efficace, puisque cette Chiron Pur Sport s’allège de 50 kg, grâce notamment à la suppression de son aileron arrière mobile remplacé ici par une déclinaison fixe de près d’1,90m de large (!), à la disparition du cuir dans l’habitacle (remplacé par de l’Alcantara), ou encore avec l’adoption de jantes plus légères, nommées Aero et qui étrennent de nouveaux pneus spécialement développés par Michelin (Bugatti Sport Cup 2 R en 285/30 R20 à l’avant et 355/25 R21 à l’arrière). L’échappement est lui aussi revu, et dispose désormais de sorties en titane réalisées grâce à un procédé d’impression 3D.

Le châssis n’est pas en reste, avec des évolutions au niveau des suspensions, raffermies de 65% à l’avant et 33% à l’arrière et dont la fonction adaptative est plus orientée vers la sportivité et la performance.

L’habillage extérieur se radicalise avec, outre l’imposant aileron évoqué précédemment, des entrées d’air élargies à l’avant, de nouvelles ouïes sur le capot ou encore une partie arrière totalement retravaillée.

Le bloc moteur reste quant à lui identique, le W16 de 8.0 de cylindrée conserve ses 1500ch et ses 1600 Nm de couple, mais la zone rouge se situe désormais 200 tr/min plus haut, à 6900 tr/min. L’étagement de la boite a été raccourci, permettant des relances plus franches et rapides, au détriment de la vitesse de pointe.

Seuls 16 exemplaires seront construits, au tarif unitaire de 3.2 millions d’euros (hors taxes, cela va sans dire). Il vous faudra donc être rapide pour en commander une, s’il en reste, car il est fort probable que toutes soient déjà vendues ! Les livraisons débuteront au second semestre de cette année.