Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

BMW réoriente sa gamme électrique « i »

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! Et du côté de BMW, on a bien regardé le marché de la gamme électrique « i » et, face aux défis à venir, la décision a été prise d’en changer les objectifs.

Jusqu’à présent, la gamme « i » de BMW, ce sont deux modèles, i3 et i8, le premier disponible en tout électrique ou avec prolongateur d’autonomie, le second hybride rechargeable. Sous cette lettre déjà trustée par Apple ou Hyundai, BMW avait pour but de rassembler ses modèles « nouvelles technologies », avec des procédés de construction nouveaux (châssis en fibre de carbone par exemple). Problème, entre temps BMW a mis sur le marché d’autres hybrides rechargeables avec des carrosseries conventionnelles (sur les Série 2, Série 3 et X5 notamment), tandis que le marché des énergies nouvelles passait de modèles 100 % inédits (type Nissan Leaf ou Renault Zoé) à des adaptations de modèles ordinaires (VW e-Golf et Golf GTE pour ne citer qu’elle). Ajoutez à cela des volumes de ventes faibles sur l’i3, tandis qu’ils sont bons sur l’i8 mais dans des quantités limitées à cause du tarif d’achat. En parallèle, le projet de BMW i5 tarde à définir son positionnement.

Alors du côté de la Bavière, alors que l’actualité est au centenaire de la marque, le directeur du développement Klaus Froehlich a précisé à l’agence Reuters en marge de la présentation du concept Vision Next 100 que le « Project i Next est en train de monter en puissance », et avec lui la R&D sur la conduite autonome. Le nom est sibyllin : on oublie le « i » tel qu’existant et on le repense. Le lancement serait prévu pour 2021, tirant parti des techniques actuelles (allègement, aérodynamisme) tout en y ajoutant l’autonomie de conduite. En cohérence avec cette réorientation stratégique, le groupe recrute ainsi des experts en intelligence artificielle et en algorithmes évolutifs.

Cela ne met pas en péril les projets déjà lancés (i8 Performance ou i8 Spyder), mais cela rend la stratégie de BMW plus lisible sur la voiture du futur. Cette stratégie s’accompagne d’ailleurs d’une cible commerciale identifiée : la Chine, pays où la technologie avance le plus, et où les ventes d’électriques sont les plus élevées au monde.

Via Leftlanenews