Le Nouvel Automobiliste

BMW iX : hélice électrique !

Après avoir aperçu de nombreux prototypes parachever la mise au point de la nouveauté électrique de BMW, c’est aujourd’hui le grand jour pour la marque bavaroise : le constructeur de Munich présente officiellement sa toute nouvelle BMW iX. A mi chemin entre break et SUV, elle vient compléter la gamme 100% électrique du constructeur et dérive très étroitement du style annoncé par le concept Vision iX. Revue de détails.

BMW iX : haricots électriques

Avec ce nouveau BMW iX, la marque bavaroise persiste à ancrer sa face avant polarisante, mettant en avant les grands haricots verticaux, déjà aperçus sur les BMW Série 4 mais aussi sur les M3 et M4. On aime ou on déteste, mais il faudra s’y faire, c’est bel et bien une tendance lourde qui est amenée à perdurer à Munich. Le look de ce nouveau modèle ne surprendra pas ceux qui suivent l’actualité de la marque : il est dans la droite ligne du concept car Vision iNext qui l’annonçait. Dans les volumes, ce BMW iX est comparable à un gros X1, à mi-chemin entre les codes du break et du SUV. Un peu comme un Skoda Enyaq iV, en quelque sorte. Le profil inaugure des poignées flush tandis que la face arrière dévoile un inédit hayon autoclave, encore jamais vu sur les productions munichoises. Quant au pli Hofmeister, il faudra une fois de plus en faire le deuil.

Autre surprise, il perd beaucoup de la fluidité du concept Vision iNext en structurant ses volumes de façon plus abrupte : les renflements d’ailes autour des passages de roues hésitent entre l’oblong et le rectangulaire mais la ceinture de caisse reient à une remontée plus classique que sur le concept, lequel présentait un pincement sur le pied B (un peu à la manière des… Citroën ZX 3 portes !). La jonction entre le vitrage latéral et la lunette arrière se fait à travers un enjoliveur rectangulaire noir brillant coupant le montant D en deux. On est ainsi très loin des codes de BMW. Pour le meilleur ou pour le pire ? On vous laisse juge.

La face avant, outre sa grand calandre, se pare de projecteurs fins et haut placés, tandis que le bas des boucliers avant et arrière s’orne d’enjoliveurs bleu mat, un thème déjà vu sur les autres BMW électriques : les i3 et la regrettée i8. Deux types de pare-chocs sont proposés, à l’image du reste de la gamme BMW, en fonction du typage voulu par le client. Et les inserts bleu sont ainsi facultatifs. Comme pour faire écho au thème des projecteurs, les feux arrière reprennent aussi une ligne filiforme sur le hayon autoclave. Fait étonnant et quelque peu rafraîchissant en ces temps de débauche de chromes : la BMW iX en fait l’impasse ! En dehors du discret cerclage des poignées de portes, on n’en voit presque pas sur le véhicule.

A bord, cette nouvelle BMW iX inaugure un inédit volant oubliant les rondeurs pour reprendre le thème du volant du concept Vision iNext, tandis que la planche de bord et les garnitures de portes, au design étonnamment simple sont revêtues d’Alcantara bleu. Le matériau se retrouve également sur les sièges et les accoudoirs centraux, tandis que ceux-ci se prolongent en une luxueuse console en bois mat portant les commandes du multimédia et des modes de conduites. Un garnissage en cuir peut aussi remplacer l’Alcantara tandis qu’un toit vitré fixe illumine l’habitacle.

Naturellement, la planche de bord fait la part belle aux écrans avec deux dalles. L’une, de 12,3 pouces, sert de combiné et est face au conducteur, l’autre étant centrale, tactile et plus grande (14,9 pouces). Dans la tradition du constructeur bavarois, on retrouve quand même des aérateurs inclinés vers le conducteur, vestige des planches de bord orientées de la sorte.

BMW iX : jusqu’à 600 km d’autonomie

Fort d’un Cx de 0,25, le BMW iX embarque un gros pack de batteries de 100 kWh permettant d’offrir une autonomie maximale de 600 km en cycle WLTP. Fort de ce score, le BMW iX dépasse ses rivaux allemands comme d’AUdi e-Tron 55 (436 km d’autonomie) et sur le Mercedes EQC (essayé ici avec 414 km d’autonomie).

Le BMW iX dispose de deux moteurs électriques totalisant une puissance cumulée de 370 kW (soit 500 ch). La marque munichoise annonce de bonnes performances avec un 0 à 100 km/h abattu en 5 secondes. Côté charge, il est possible de brancher la voiture en courant continu jusqu’à 200 kW, ce qui permet de passer de 10 à 80% de charge de batterie en 40 minutes. Une charge rapide de 10 minutes autorise quant à elle la récupération de 120 kilomètres d’autonomie.

Rendez-vous dans un an pour les tarifs de cette nouvelle BMW iX, qui n’arrivera sur le marché qu’en 2022. Sa production, quant à elle, interviendra au second semestre de l’année prochaine.

Source : BMW