Le Nouvel Automobiliste
Essai Audi Q3 45TFSI

Audi Q3 45 TFSI S-Line : la preuve par quatre

Après huit années de carrière, l’Audi Q3 se renouvelle. Produit à plus d’un million d’exemplaires depuis 2011, le petit SUV d’Audi se voulait plus accessible financièrement et plus adapté à la ville que les Q5 et Q7. Épaulé par le petit Q2 depuis 2016, il était le dernier de la gamme des SUV « historiques » d’Ingolstadt (Q3 /Q5/Q7) à ne pas être passé sous le bistouri des ingénieurs allemands. Au programme, une voiture promise plus grande, plus pratique, sans en dénaturer les atouts ! Nous nous sommes donc penchés sur la question l’espace d’un week-end.

Essai Audi Q3 45TFSI

Design extérieur : mini Q8

La première chose qui frappe, c’est le design de la voiture. Les lignes sont musclées, puissantes, agressives, même en dehors des traditionnelles finitions S-Line. Très inspiré de son – très – grand frère Q8 (dont l’essai est à retrouver ici), le nouveau Q3 montre ses lignes et les assume. Le dessin de l’aile arrière semble asseoir la voiture, et lui confère un profil très sportif. On dirait presque les ailes d’une ancienne Audi Quattro. Le profil dynamique est également bien mis en valeur par les grandes jantes en 19 pouces optionnelles (à 1 200 € ) de notre modèle d’essai bleu Turbo (500 €).

L’avant, très expressif également, se modernise via un dessin plus proche des dernières créations, et marque un réel changement avec la version précédente. La calandre s’élargit sans devenir caricaturale, et devient même très agressive, contre 620 €, avec le Pack Esthétique noir (modèle en Pulse Orange sur les photos). Il est à noter qu’en France, les logos et les anneaux ne pourront être de couleur noir et se devront d’être de couleur argent, même avec ce Pack Esthétique. Les optiques avant (ici avec l’option Matrix LED à 800€) sont logés légèrement en retrait du capot, ce qui confère une agressivité et une modernité qui n’est pas s’en rappeler le Q8, une nouvelle fois. Notre modèle ayant une finition S-Line, quelques détails sont encore plus acérés commes les prises d’air avant.

A l’arrière, les lignes sont, là encore, dans la veine du Q8. Le nombre d’artifices stylistiques permettant d’élargir l’auto (et donc de la rabaisser visuellement) est très important. Les feux, les catadioptres, les lignes de coffre, tout tend à être horizontal. Aucune sortie d’échappement n’est visible, bien cachées sous la voiture.

La voiture s’allonge de presque 10 cm par rapport à la génération précédente pour culminer à 4,48 m. Elle s’élargit également un petit peu avec +4 cm en largeur. Cela permet d’avoir un véhicule visuellement moins pataud et plus dynamique. Cela devrait également jouer sur l’espace intérieur, on l’espère. Le Q3 arbore donc un style qui fait de lui un véritable mini Q8. Il se rapproche de plus en plus du Q5 en termes de dimensions, permettant de laisser au Q2 le marché des citadins.

Essai Audi Q3 45TFSI

Intérieur : espace et agrandissement

Avec des dimensions extérieures en pleine croissance, c’est l’intérieur qui bénéficie des plus grosses évolutions. Il faut dire que c’était un point très critiqué sur la première génération. L’habitacle a donc bien grandi et l’espace intérieur est très appréciable, principalement à l’arrière. Les sièges à multiples réglages électriques ( une option à 780€) permettent à chacun de trouver UNE position de conduite idéale. Les rembourrages des sièges sport de notre modèle d’essai se montrent suffisants et aucun point de dureté ne fait son apparition au niveau du dos ou du fessier. C’est fort surprenant mais appréciable, évidemment ! L’espace aux épaules se montre lui aussi très généreux, à aucun moment nous ne nous sommes sentis à l’étroit.

La planche de bords’avère haute sans être massive. En effet, malgré la ceinture de caisse très élevée, le design sur deux niveaux de la planche de bord permet de réduire considérablement l’impression de hauteur. De plus, afin de bien marquer la séparation entre ces deux parties de planche de bord, la partie basse est personnalisable facilement via tout un choix de matière et de couleur. Vous pouvez retrouver deux ambiances différentes sur nos images (alcantara orange et gris foncé). L’écran central est également bien intégré. La définition de cet écran 12 pouces est phénoménale. Il permet de régler nombre de paramètres de la voiture, mais également de s’occuper de la navigation, de la musique, ou d’à peu près tout ce que vous voulez. Mais, on préfère vous prévenir, il ne fait toujours pas le café. Les boutons de sélection en-dessous de l’écran ne sont pas sans rappeler les touches piano de certaines Peugeot. Seul petit point négatif à propos de cet habitacle, la différence de qualité entre les matériaux choisis. En effet, si on constate un très beau travail sur les matières disséminées un peu partout (Alcantara, cuir, plastique moussé, imitation laque piano ou aluminium), on retrouve aussi juste à côté des plastiques très rugueux et très durs (poignées de portes notamment).

A l’arrière, l’espace est également plus généreux et récupère une bonne des 10 cm de longueur supplémentaire. Deux passagers de plus d’1,80m pourront s’installer aisément derrière deux occupant en rang 1 de la même taille. Une troisième place d’appoint complète le rang 2.Il sera très agréable à l’arrière de profiter du paysage via les nombreuses surfaces vitrées de la voiture. Le toit ouvrant panoramique joue beaucoup dans cette impression de clarté. La banquette arrière se rabat selon le schéma 40-20-40 et coulisse pour ajuster le ratio place aux jambes/volume de coffre. Les dossiers des sièges sont également réglables selon plusieurs inclinaisons. Le coffre offre 530 l en position standard et jusqu’à 675 l en jouant avec les réglages de sièges arrière. Si ces derniers sont repliés, le coffre atteint 1 525 l.

A titre de comparaison, les concurrents de l’Audi Q3 offrent :

  • Volvo XC40 : 460 litres pour 4,42 m
  • BMW X1 : 505 litres pour 4,44 m
  • Jaguar E-Pace : 577 litres pour 4,41 m
  • Mercedes GLA : 421 litres pour 4,42 m
  • Lexus UX : 300 litres pour 4,50m

Sur la route : Quattro, sinon rien

Routes défoncées, dunes de sable et chemins de pierres étaient au programme de notre parcours d’essai. Sur les premières dizaines de kilomètres, cependant, la route était relativement large et lisse, idéal pour profiter des nouvelles fonctions technologiques. Lecture de panneaux, régulateur de vitesse adaptatif, maintien de file, et la boite de vitesses S-Tronic permettent une conduite quasi autonome de la part de la voiture. Le confort s’avère sans défaut et la suspension pilotée se montre réellement bien gérée.

C’est une version 45 TFSI qui est passée entre nos mains. Notre modèle d’essai était donc équipé du moteur 2.0 TFSI développant 230 ch et 320 Nm, accouplé à une boîte de vitesses S-Tronic à 7 rapports. L’ensemble de la puissance passe au sol via le système Quattro de dernière génération, qui fait appel à un différentiel de type Aldex. La masse de l’ensemble flirte avec les 1 700 kg, ce qui permet quand même à Audi d’annoncer des consommations normalisées de 7,3 L/100 km et des rejets de CO² de 164 g/km. A la vue de nos conditions de tests, nous n’avons pu confirmer ces valeurs. Les performances ne sont pas en reste puisque le SUV compact d’Ingolstadt annonce 6,3 secondes sur l’exercice du 0 à 100 km/h et pointe à plus de 230 km/h. Ce que nous n’avons pas, évidemment, pu vérifier.

Essai Audi Q3 45TFSI

Une fois sur des tronçons de moyenne montagne montagneux mais à l’asphalte de qualité, le nouvel Audi Q3 se montre plaisant. Évidemment pas joueuse et peu prévue pour cet usage intensif, la voiture se montre très bien suspendue et le châssis semble être capable d’encaisser beaucoup plus que les 230 ch du 4 cylindres. Équipé de nombreux modes de conduites sélectionnables via le Drive Select (option à 1 320 €), le Q3 affiche un très bon compromis sur tous les chemins. Le mode Offroad, entre autres, vous permettra de vous sortir d’un chemin de terre, d’une dune de sable ou d’un fond de rivière glissant. Et, même s’il y a fort à parier que les voitures des clients ne verront probablement jamais les profils que nous avons traversés, il est sûrement rassurant de savoir que le Q3 sait faire ce que vous n’imaginez qu’à peine.  

Audi Q3 : Gamme et tarifs

Le nouvel Audi Q3 se décline actuellement en 4 motorisations, une diesel et trois essence. Les prix débutent à 33 670 € (ou dès 390 € par mois)

Audi Q3 Puissance A partir de : Finitions disponibles :
35 TFSI 150 ch 33 670 € Q3, Business Line, Design, Design Luxe, S-Line
40 TFSI 190 ch 45 300 € Business Line, Design, Design Luxe, S-line
45 TFSI 230 ch 46 700 € Design, Design Luxe, S-line
35 TDI 150 ch 38 300 € Q3, Business Line, Design, Design Luxe, S-line
40 TDI 190 ch 47 500 € Business Line, Design, Design Luxe, S-line

Le Q3 45 TFSI S-Line démarre à 50 500 € mais notre modèle bardé d’options dépassait les 62 000 €auxquels il faudra encore ajouter un peu plus de 3 756 € de malus. Afin de situer l’Audi Q3 face à ses concurrents, hors malus, un BMW X1 X20i équipée de manière similaire coûtera un petit peu moins cher (55 000 euros) mais disposera d’un moteur moins puissant (192 ch). Les prix d’un Volvo XC40 R-Design T5 AWD (247 ch) démarreront eux à 49 020 euros et atteindront 61 420 € dans une configuration équivalente. Enfin, un Jaguar E-Pace R-Dynamic HSE P250 démarrera à 59 000 € et atteindra, avec des options similaires, 71 121 €.

Conclusion

Essai Audi Q3 45TFSI

L’Audi Q3 se modernise et le fait avec brio. S’inspirant des réussites récentes de la marque, tant en termes de style que d’aménagements intérieurs et d’aides à la conduite, le SUV compact d’Ingolstadt rassemble nombre d’avantages. Seul le contraste de certaines juxtapositions de matériaux viendra ternir un excellent tableau. Les conditions de tests ne nous ont pas permis de réaliser un essai en profondeur et habituel mais nous ne manquerons pas d’essayer des motorisations plus classiques pour un usage lui aussi plus classique. Le Q3 remonte la pente et vient se positionner dès sa sortie en challenger très sérieux pour le titre du futur best-seller des SUV compact premium.

Texte et photos : Antoine Lesbroussart / Le Nouvel Automobiliste