Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Audi : les nouvelles A5 et S5 se dévoilent

Lors d’un show comme le constructeur d’Ingolstadt aime à les réaliser, tout en technologie et écrans géants légèrement mâtiné d’un peu d’histoire et de nostalgie, la marque bavaroise a levé le voile sur la remplaçante de celle que beaucoup considèrent comme la plus belle Audi : la nouvelle A5.

Et la première réaction est, comme souvent finalement lorsqu’on évoque Audi (mais pas seulement ces derniers temps), qu’il n’y a pas beaucoup de changements… Au premier coup d’œil on est en effet plus amené à croire qu’il s’agit d’un restylage que d’un tout nouveau modèle. Mais un peu plus de concentration et d’attention sur la voiture permet quand même de prendre conscience que, si tous les éléments stylistiques forts de la précédente génération ont été repris, logique, tous ont également été modifiés plus ou moins fortement pour donner un véhicule plus moderne et en accord avec l’évolution sobre (mais réelle) des codes de la marque.

Le profil reste pratiquement inchangé, reprenant en particulier deux signes distinctifs du premier modèle : le traitement caractéristique du vitrage, qui a toujours dynamisé la ligne, et l’épaulement de la partie arrière avec cette forme de vague par dessus le passage de roue. Ces deux éléments sont d’ailleurs renforcés visuellement sur cette nouvelle version, soit par un cerclage de chrome plus épais pour la vitre soit par un plis de carrosserie plus prononcé tout le long du profil. La volonté sans aucun doute de bien marquer visuellement des éléments devenus des incontournables du design de l’A5 et appelés à le rester longtemps. On remarquera une nouveauté sur ce profil, un éléments très à la mode dans les productions actuelles, l’apparition d’un petit insert en métal à la jonction portière/aile avant qui vient encore souligner et renforcer le plis de carrosserie. Le tout s’étire désormais sur 4,67 m, soit un peu moins de 5 cm de plus que l’ancienne.

La face avant est probablement celle qui fera le plus discuter car c’est elle qui évolue le plus. La calandre n’en fini plus de s’agrandir, passons, mais ce qui surprend le plus est sans doute le traitement du capot. Assez sobre sur l’A5 précédente il est ici nettement plus démonstratif, rajoutant deux nervures supplémentaires sur le capot. Couplé aux nouvelles optiques (matrix LED) moins compliquées dans leur forme générale l’ensemble apparait moins large et plus haut que sur la version qu’elle remplace ce qui est un peu dommage pour un coupé. Mais c’est une impression qu’il faudra naturellement confirmer en vrai.

L’arrière est la partie qui change probablement le moins avec simplement des feux qui s’amincissent et s’allongent. On appréciera cependant le soucis du détail des designers d’Ingolstadt avec cette belle intégration de la signature lumineuse dans le prolongement exact de la malle qui donne (avec le rouge de la S5 tout du moins) la sensation que les feux s’étirent sur toute la largeur de la voiture.

A l’intérieur peu de surprise à attendre également puisque, fort logiquement, la planche de bord est quasi- intégralement reprise de la nouvelle A4. Comme toujours chez Audi, et même si nous sommes ici en présence de photos officielles fortement retouchées, l’aspect général est extrêmement valorisant et indéniablement haut de gamme. Les éléments technologiques comme le système MMI ou le très agréable Virtual Cockpit sont bien entendu de la partie. On retrouvera également toute la panoplie des aides à la conduite permettant au véhicule une conduite semi autonome dans certaines situations.

Sous le capot pas de surprise non plus puisque, là encore en toute logique, les motorisations de la berline se retrouvent à l’identique pour propulser cette Audi. Les moteurs essence TFSI étalent leur puissance de 190 à 252 ch quand les diesels TDI (en 4 ou 6 cylindres) vont de 190 à 286 ch. Mais il y a aussi une bonne surprise puisque Audi a également révélé en même temps que la version classique une déjà très démonstrative version S (en attendant les RS) qui embarque dans ses entrailles un V6 3,0 l TFSI de 354 ch et 500 Nm revendiquant un 0 à 100 km/h en 4,7 s. Dans cette version S5 le véhicule se pare aussi d’un traitement esthétique spécifique rendant l’ensemble un peu plus agressif comme il se doit.

On rajoutera enfin que, comme à son habitude, Audi proposera le système Quattro (en série ou en option) mais avec une nouvelle variante dite Ultra sur les 4 cylindres, la transmission intégrale pouvant se désactiver quand elle n’est pas utile et ainsi participer à l’effort de réduction de consommation.

Les nouvelles Audi A5 et S5 seront disponibles dès cet automne.

En vidéo sur l’île de Lanzarote :

Un peu de technique :

Et quelques photos de la soirée de gala :

Via Audi