Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Audi A6 (C8) 2018 : l’A6 passe la cinquième

Audi poursuit son décompte : après l’A8 et l’A7 Sportback, c’est au tour de l’Audi A6 d’être renouvelée. Héritière d’une longue lignée initiée par les Audi 100, l’A6 est renouvelée pour faire face à la féroce concurrence des Mercedes Classe E et BMW Série 5 qui lui dament continuellement le pion sur le podium européen. Découvrons la nouvelle Audi A6 (C8), une fois n’est pas coutume, nous ne parlons pas de SUV !

Vorsprung durch Kontinuität

Audi n’a pas cherché à bousculer de codes esthétiques avec cette A6 : on reste dans un esprit de petite sœur de l’A8, au design élégant et renforcé par une qualité perçue semble-t-il d’une précision chirurgicale, comme sait le faire la marque aux 4 anneaux. Trait de style caractéristique de l’A6 depuis la marquante génération de 1997, le pavillon en arc de cercle est reconduit avec sa large vitre de custode. Pour autant, sans marquer de révolution, impossible de prendre cette cinquième génération d’A6 pour sa devancière : la calandre devient hexaédrique, les ailes surlignent les passages de roues par un galbe. A l’arrière, les feux présentent un design fin et se voient reliés par une barrette chromée. La poupe s’achève par un large épaulement et un relief surplombant la malle.

En somme, si vous avez aimé la précédente A6, la nouvelle devrait vous séduire tout en marquant suffisamment de changements pour que vous ayez envie de… changer. L’Audi A6 cru 2018 grandit de 7 cm pour atteindre 4,94 m, gagne 1 cm en largeur (1,89 m), tandis que la hauteur reste inchangée à 1,44 m.

A6 : lumière !

Avec des phares HD Matrix LED optionnels, l’A6 devrait éclairer correctement. Bien entendu, qui dit nouvelle Audi dit nouvelle signature lumineuse. Rien de révolutionnaire mais ça permettra de la distinguer au premier coup d’œil… si vous êtes fana d’Audi ! Une nouvelle berline du segment E ne serait rien sans sa flopée d’innovations. Et la nouvelle A6 arrive avec les bras chargés de nouveautés. En l’occurrence, la première surprise est une gamme de GMP constituée de moteurs hybrides exclusivement. Enfin, mild hybrid, plus précisément car Audi généralise la technologie 48 V sur sa nouvelle A6 (uniquement en V6).

Au lancement, vous aurez un seul bloc essence : le V6 3.0 TFSI de 340 ch et 500 Nm. Mais côté Diesel, le choix sera plus vaste avec 3 propositions : 4 cylindres TDI 204 ch (400 Nm), V6 TDI 231 ch (500 Nm), et enfin V6 TDI 286 ch (620 Nm). Attention toutefois à employer les nouvelles nomenclatures : l’essence se nomme ainsi 55 TFSI, les Diesel, 40 TDI, 45 TDI et 50 TDI en allant crescendo.

Avantage du 48 V ? Une baisse de la consommation via la possibilité de circuler en roue libre de 55 à 160 km/h lors des phases de décélération. Audi annonce une économie de carburant pouvant atteindre les 0,7 l/100 km. Les V6 diesels seront couplés à la boîte Tiptronic à 7 rapports et la transmission intégrale Quattro. Le 40 TDI (seul traction de la gamme) et le 55 TFSI seront associé à la boîte à double embrayage.

Côté gain de poids, Audi annonce… une hausse en raison de l’hydridation (l’excuse ne tient pas pour le 40 TDI, cependant) : de 5 à 30 kg selon la version. La nouvelle Audi A6 repose sur la plateforme MLB Evo. Bien entendu, la suspension pneumatique reste disponible en option, tandis que, nouveauté : les 4 roues directionnelles seront proposées (au moins avec le Quattro et peut-être aussi en traction, à confirmer).

Voyager à 5 en A6

A bord, on note bien entendu le nouvel habitacle, étroitement dérivé de celui de l’A7 Sportback. L’interface MMI fait désormais la part belle au tactile, comme depuis l’A8 et le style se veut plus anguleux que par le passé. Côté infotainment, on dispose donc de 2 écrans tactiles dotés d’une fonction drag & drop. Les deux écrans font 8,6 pouces de diagonale, sauf sur les versions hautes où l’écran supérieur atteint les 10,1 pouces. Quant au volant, il présente un comodo à sa gauche doté d’une fonction clignotant. A toutes fins utiles.

Aussi annonce une habitabilité en progrès tandis que la qualité perçue semble toujours au-dessus de tout soupçon. Reste un détail qui fait tâche et est en régression : le ciel de toit des versions à intérieur beige est gris et non plus décliné en beige : c’est tolérable sur une voiture généraliste d’un segment inférieur, mais pour une rivale de la Classe E, c’est un peu cheap !

Quoi qu’il en soit, l’A6 devrait être disponible en concession en juin

Via Audi.