Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Alpine Vision et Alpine Célébration : la rencontre

Lors de la présentation au Castellet du nouveau prototype LMP2 Alpine A460, étaient exposées les deux muses de la marque, censées incarner et annoncer la future berlinette de production.

Baptisées Célébration et Vision, elles partagent leurs lignes mais pas leurs teintes : la première est bleu de France, la seconde est d’un blanc nacré immaculé. Et si cette dernière a été présentée le 16 février dernier, la révélation de la Célébration remonte déjà aux 24 Heures du Mans 2015. Distantes de près d’un an mais unies dans un destin commun, Vision et Célébration m’ont inspiré des clichés qui, je l’espère, vous plairont.

De ces deux voitures, l’on ne connaît que peu de détails techniques. Tout juste sait-on que le moteur, vraisemblablement un 4 cylindres turbo, est en position centrale arrière et que ce sont des propulsions. Courte, la nouvelle Alpine se veut optimale, à mi-chemin entre la radicalité d’une Lotus et l’efficacité d’une Porsche 718.

Initialement, la Célébration ne possédait que des optiques peintes, mais avec la présentation de la Vision elle fut dotée des mêmes projecteurs que cette dernière. Très travaillés, les filaments de diodes recréent autant le double regard de la mythique A110 que la croix des phares scotchés des berlinettes de rallyes. A l’arrière, un même X vient habiller l’intérieur des feux.

L’intérieur nous était accessible sur le showcar Vision et révélait les premières lignes de force de l’habitacle de la future « A120 » ou « AS1 » de série : un cockpit dédié au conducteur, avec bouton d’allumage au volant, de fins montants de pare-brise, des palettes au volant et des interrupteurs basculants en console centrale. Les baquets sont revêtus de cuir damassé, et les buses d’aération reprennent le style des jantes.

Plus proche de la série, la Vision oublie quelques excentricités sportives du concept Célébration, tel que l’aileron pelle à tarte ou les jantes à écrou central. Pour autant, des détails soignés comme les rétroviseurs aérodynamiques, les magnifiques jantes ainsi que baquets rappellent qu’il s’agit toujours d’un showcar, promis à 80 % proche de la version de série. Des éléments peuvent donc encore bouger, évoluer, mais d’ores et déjà les équipes d’Anthony Villain, directeur du Style d’Alpine, montrent leurs sources d’inspiration.

Crédit photo : AdrienS. pour The Automobilist