Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

A la découverte de l’innovation chez Renault au Technocentre

L’an passé, Renault changeait de logo et de slogan, renouant avec l’inspiration des Voitures à vivre dans une nouvelle signature internationale, « Passion for life », traduite en français par « La vie, avec passion ». Toutefois, Renault a aussi adopté la signature « Innovation for a better life ». Ce slogan, qui rappelle furieusement celui du chimiste allemand Bayer, nous sommes allés découvrir ce qu’il cachait au Technocentre, à Guyancourt (78).

Pour découvrir comment « innover pour faire un monde meilleur », Renault nous a présenté sa stratégie innovation, avec force expressions anglaises et méthode. Face à une telle épreuve, nous est venue une idée : et si on repassait le bac ? Cela donne les petits commentaires entre crochets que vous pouvez librement sauter. Maintenant, partons sur la route de R&AE, l’acronyme de Renault and Advanced Engineering.

[« Quel sera le véhicule de demain ? » « Vous avez 4 heures. L’usage de la calculatrice n’est pas autorisé. » Ils sont sympa chez Renault : quand ils nous invitent, c’est pour nous refaire passer le bac de Philo. Qu’à cela ne tienne, The Automobilist relève le défi !]

R&AE : la recherche avancée commence par des anglicismes

La définition du véhicule de demain

[Toute dissertation commence par la définition des termes du sujet et par une introduction organisée avec une citation en accroche]

« Gouverner, comme on dit, c’est prévoir, et le politique ne peut s’excuser sur l’imprévu. Or, il y a de l’imprévisible. Voilà la tragédie ». Par cette citation, preuve est faite qu’on peut citer Maurice Merleau-Ponty dans Humanisme & Terreur sur The Automobilist ; et, aussi, que du politique à l’ingénieur automobile, les modalités changent, mais les problèmes demeurent. Car pour concevoir la voiture du futur, il faut prévoir. Et, parfois, il y a de l’imprévisible. Alors, comment éviter cela ?

Pour Renault, il faut d’abord être à l’écoute des tendances. La direction du Style du Losange participe ainsi à de nombreux rendez-vous non automobiles comme les salons du meuble, la FIAC de Milan, pour irriguer ses inspirations.

Également pour être à l’écoute, Renault dispose d’une Direction de la connaissance client : elle réalise des études quantitatives et qualitatives dans le monde entier pour connaître les besoins des utilisateurs de Renault. Et en remonter tant les plaintes que les attentes. Les études de prix et les tests cliniques en font aussi partie.

« La créativité sans stratégie, cela s’appelle de l’Art. » Jef Richards.

[Et après Merleau-Ponty, on peut aussi citer du Jef Richards. On peut -vraiment- tout faire sur The Automobilist !]

Après les études vient donc la stratégie. 4 métiers sont convoqués :

  • le produit, avec le marketing amont qui à partir des besoins client rédige le cahier des charges, et établit la stratégie de gamme tout au long du cycle de vie, à partir des tendances sociétales dans le monde et des demandes de mobilité ;
  • l’ingénierie, avec ses experts qui font remonter les éléments développés et disponibles, valide les innovations et construit des roadmaps qui guident la stratégie du Groupe et qui sélectionnent les technologies à développer par le plan R&AE ;
  • le design, qui dessine la voiture en cohérence avec son positionnement dans la gamme, mais qui repousse aussi l’anticipation des goûts et des usages par les clients, détecte et analyse les tendances hors automobile, et recherche de nouveaux matériaux ;
  • le marketing, qui travaille à la « marketabilité », c’est-à-dire la capacité à vendre les modèles et à faire que les innovations développées soient transversales à la gamme, tout en cultivant l’image de marque et les services associés.

Je la sens bien, cette dissertation… Tu as un plan en trois parties ?

[Mais oui mais oui ! Les étudiants en marketing et autres prospecteurs de la concurrence seront ravis d’avoir tout frais dans cet article les arcanes de l’organisation du Losange]

Les activités de Recherche & Développement chez Renault s’organisent en 3 grandes sections :

  • L’ingénierie de recherche, très en amont
  • L’ingénierie de développement, devenue le plan R&AE
  • L’ingénierie de projet, pour le transfert à la série.

Le plan R&AE, c’est donc le département Recherche & Advanced Engineering. Il s’agit d’un département dont le fonctionnement est commun avec Nissan, sur une période allant des 5 à 15 ans à venir. Le Groupe Renault avance en effet avec son partenaire japonais afin de trouver des solutions communes, dans l’Alliance, mais pour répondre à des promesses marketing différentes. Ce que développe l’Alliance doit convenir à des Renault, des Dacia, des Alpine, des Nissan, des Infiniti, des Datsun, dont les cibles sont parfois totalement opposées.

La solution pour converger cela ? Chez Renault, c’est d’être « customer centric », ou « customer pull », c’est-à-dire de tirer l’innovation par la demande du client. Et non pas faire ce qu’en bon anglais Renault appelle le « techno push » : « notre idée, ce n’est pas de faire de l’innovation pour l’innovation, on se doit d’être rentable, donc on ne fait pas la course comme le Groupe Volkswagen avec certains de ses TDi », nous explique la directrice de R&AE, Nathalie Gigandet.

Innover de façon rentable tout en respectant les principes de Renault : c’est ce que signe le slogan « Innovation for a better life », mis en avant notamment à l’Atelier Renault. C’est une innovation de façon protégée aussi, avec des dépôts de brevets (2813 en 5 ans, même si en ce domaine PSA est leader).