Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

50 000 Nissan Navara : l’Europe succomberait-elle au charme particulier du pick-up ?

Les pick-up se multiplient dans les show-rooms européens. Ford, Fiat, Mitsubishi, Isuzu, Toyota, Renault, Mercedes-Benz et naturellement Nissan proposent désormais sur leur catalogue (VU ou VP) un véhicule de ce type. Et pour cause, le succès promet d’être au rendez-vous. C’est en tout cas ce que semblent confirmer les ventes du Nissan Navara.Nissan Navara

50 000 Nissan Navara en deux ans

On n’est pas peu fier chez Nissan. Pensez-vous, la marque annonce que 50 000 exemplaires de son pick-up Navara se sont écoulés sur les terres de la vieille Europe depuis 2 ans. Un succès, un vrai pour un type de véhicule vraiment très particulier de ce côté-ci de l’Atlantique alors qu’il constitue quasiment une sorte de standard automobile de l’autre côté. Un standard je vous l’accorde un tantinet plus gros, car le Navara n’est pas exactement l’équivalent d’un Ford F150… et encore moins d’un Raptor.

En attendant l’indéniable réussite de ce Navara, par ailleurs un véhicule abouti et qui a su apporter un plus par rapport aux concurrents directs avec notamment des suspensions arrière modernes éloignant un peu le Navara d’une production purement destinée aux professionnels, marque un tournant quant à la perception des européens sur ce type de carrosserie. On est encore loin des chiffres de vente des SUV qui écrasent tout sur leur passage en ce moment mais la progression est constante dans le segment et les modèles s’écoulent de plus en plus facilement.

Nissan se targue ainsi d’être devenu le premier vendeur de pick-up asiatique sur plusieurs grands marchés européens (Allemagne, Royaume-Uni et Suède) et affiche une progression remarquable sur le territoire français avec une part de marché désormais établie à 17 % contre seulement 12 il y a deux ans. Et ce malgré l’arrivée en face du Navara de nombreux concurrents nouveaux.

Un marché qui profite d’avantages importants. Mais jusqu’à quand ?

Il est vrai que sur la plupart des marchés européens le pick-up est un véhicule hybride. Oh, pas dans ses groupes motopropulseurs qui sont encore tout ce qu’il y a de plus traditionnels et la plupart du temps diesel, mais dans son placement fiscal. En effet, à cheval sur le marché des professionnels et celui des particuliers, le pick-up se voit exempté de certaines taxes plus ou moins lourdes selon les pays qui finissent par rendre son tarif plus attractif que certains gros tout-terrain destinés au marché des VP. Un exemple ? En France les pick-up échappent au système du bonus-malus écologique ce qui pour nombre d’entre eux signifie tout simplement un rabais instantané de 10 000 € si l’on se base sur la grille qui se mettra en place au 1er janvier prochain.

Au final, un pick-up peut constituer une alternative tout à fait crédible et hautement rentable pour un particulier ayant besoin d’un véhicule 4×4 et se souciant seulement moyennement de tout ce qui est équipement de confort, électronique et infotainment de pointe ou encore esthétique ravageuse. Et encore, sur ce dernier point on pourrait largement gloser tant les pick-up sont devenu plus présentables alors que les SUV en tout genre nous gratifient de style pas toujours très convaincant et que les 4×4 purs et durs se font rares et ne peuvent pas eux non plus, à l’instar de Jean-Claude Dus, tout miser sur leur physique.Nissan NP300 Navara

Ils sont venus, ils sont tous là !

Les constructeurs ne s’y sont pas trompés et le chiffre annoncé ce jour par Nissan vient confirmer une tendance générale haussière observée sur ce type de véhicule. Un marché du pick-up une tonne qui devrait voir ses volumes bondir de près de 43 % à l’échelle mondiale d’ici 2026 avec une croissance annuelle de l’ordre de 3,7 % si l’on en croit une étude menée par IHS Automotive en mars dernier.

Et plusieurs marques comptent bien récupérer leur part du gâteau, que ce soient des généralistes comme Ford avec son Ranger, Fiat avec son Fullback, Renault avec son Alaskan (basé sur le Navara) ou même Peugeot qui arrivera dans un futur proche avec une offre un peu plus moderne que son pick-up africain, que des semi-premium ou premium comme Volkswagen avec son Amarok ou Mercedes-Benz avec son tout récent Classe X (lui aussi basé sur le Navara).

Il se serait donc pas étonnant de voir d’autres marques débarquer sur le segment dans les mois à venir. Sa couronne, Nissan va devoir la défendre bec et ongle.

Via Nissan