Site icon Le Nouvel Automobiliste

Le tour du monde en Tatra T87 de Hanzelka et Zikmund !

Hanzelka et Zikmund Tatra Jiří Hanzelka Miroslav Zikmund

Nous vous en avions parlé le premier décembre dernier sur notre page Facebook lors du décès de l’aventurier et écrivain tchèque Miroslav Zikmund, nous saisissons l’opportunité de cette fin avril 2022 pour évoquer plus en longueur la formidable aventure autour du monde de ce dernier, accompagné de Jiří Hanzelka à bord de leur étonnante Tatra T87. Une aventure dont le départ fête cette année ses 75 ans !

Vous préférez écouter ce sujet ? C’est par ici !

Hanzelka et Zikmund : deux aventuriers à la conquête d’un monde en plein changement

1947, la Tchécoslovaquie panse encore ses plaies. Marquée par le second conflit mondial qui a vu sa partie tchèque annexée par le Troisième Reich tandis que la partie slovaque devenait un éphémère état fantoche à la botte du bruit des bottes, la Tchécoslovaquie reste encore en prise à de malheureuses violences ethniques, exacerbées par quelques années de propagande durant la guerre, tandis que le retour à la démocratie est encore fragile. Qu’importe pour deux remarquables tchécoslovaques qui nourrissent des rêves bien grands.

En effet, dès leurs jeunes années, Jiří Hanzelka et Miroslav Zikmund se sont intéressés à leur futur fond de commerce que sont les pays étrangers, bercés par les récits de voyage et les romans d’aventure. C’est en 1938 que leur amitié débute lorsqu’ils entament leurs études d’économie à Prague. Etudes fort contrariées par l’instauration du Protectorat de Bohème-Moravie par le Troisième Reich. Les deux amis n’ont pu être diplômés qu’en 1946 et profitent dès lors pour développer le « Projet 5 », clin d’œil aux cinq continents qui leur serviront de terrain de jeu quelques années plus tard. C’est au cours de leurs années universitaires que Hanzelka et Zikmund s’affairent à étudier les pays qu’ils souhaitent visiter, sur tous les aspects : géographique, historique, économique, social, et même météorologique. Méticuleux, ils s’en servent pour élaborer les plans de leurs futurs voyages et peuvent compter sur de solides compétences linguistiques : outre le tchèque, naturellement, les deux compères ont étudié diverses langues étrangères. Les deux ont appris le russe, Hanzelka y ajoutait allemand et français en plus de s’initier au swahili tandis que Zikmund parlait l’anglais et étudiait l’arabe en plus de ses notions d’italien et de néerlandais. Des qualités peu communes à l’époque. Voire encore aujourd’hui, à juger par le niveau linguistique de nos compatriotes !

Sans perdre de temps, Hanzelka et Zikmund se rendent au siège de Tatra en 1947 afin de présenter leur ambitieux projet au constructeur tchécoslovaque. Et ils font mouche ! L’entreprise se montre impressionnée par « Projet 5 ». Tatra est ainsi désireux de promouvoir ses véhicules d’avant-garde et d’en prouver l’endurance. De ce fait, le constructeur sponsorise leur voyage et met à leur disposition une Tatra T87 de couleur argent. L’aventure peut démarrer sous de bons auspices.

Une Tatra T87 pour l’aventure !

Hanzelka et Zikmund passent alors trois mois au début de l’année 1947 à Kopřivnice, au siège de Tatra, afin de maîtriser la Tatra 87 et à devenir de fins mécaniciens. Un mot sur le véhicule, absolument innovant pour son époque : la Tatra T87 (ou 87 tout court, le T étant déjà là pour Tatra), est une version fortement modernisée de la Tatra 77 lancée en 1934, un des premiers véhicules aérodynamiques au monde. Lancée deux ans après (en 1936, si jamais vous avez séché les cours), la T87 en reprend la formule de grande berline aérodynamique à moteur V8 3,0 l en porte-à-faux arrière. Notez, au passage, l’empennage arrière digne d’un avion !

Miroslav Zikmund

La puissance est cette fois portée à 85 ch, tandis que la transmission est toujours assurée par une boîte mécanique 4 rapports, sans parler du reste qui mériterait un article complet. Conçue par Hans Lewinka et dessinée par Paul Jaray, la T87 se payait le luxe d’avoir un Cx de 0,36 (mesuré en 1979 dans une soufflerie VW). Soit autant qu’une Clio II ou que la première Mini de l’ère BMW… La T87 s’offrait ainsi une vitesse de pointe de 160 km/h à une époque où Citroën n’a jamais réussi à accrocher les 140 km/h avec sa Traction 15/Six. Et les allemands ne s’y trompent pas : de nombreux hauts gradés nazis, à l’image de Rommel et Heinkel, succombent à cette T87… et d’autres succombent à son volant, incapables de la maîtriser à haute vitesse. Certains plaisantent en disant que cette Tatra a fait plus de dégâts chez l’occupant que la résistance tchécoslovaque ! Des noms plus prestigieux ont également possédé cette T87 à l’image de Felix Wankel, l’inventeur du moteur à piston rotatif, ou de Jay Leno.

Retour à notre duo d’aventuriers : nous voici il y a précisément 75 ans, en avril 1947 et le tandem Hanzelka et Zikmund s’élance pour son premier périple autour du monde, jusqu’en novembre 1950. Au programme : la traversée de 44 pays (de la côte nord de l’Afrique jusqu’au Mexique), parcourant un total de 111 000 km à bord de leur vaillante et originale Tatra 87. Durant leur traversée, ils envoyaient des scripts racontant leur périple et lus par deux acteurs à la radio tchécoslovaque.

Mais à leur retour, le pays avait malheureusement changé : le Coup de Prague a placé la Tchécoslovaquie sous le joug communiste dont le pays ne sortit qu’en 1989. Malgré cela les deux aventuriers n’étaient pas inquiétés par le pouvoir, leurs publications n’étant pas considérées comme politiques. Les deux aventuriers ont même gardé le droit de voyager et ont été autorisés à publier les récits de leur expédition. Au total, 11 livres mêlant photographies et descriptions, 4 livres d’images, 3 livres pour enfants, 4 longs métrages et 150 courts métrages documentaires ! Ces récits de voyages sont alors devenus extrêmement populaires et pas uniquement en Tchécoslovaquie. On parle même de 6 525 000 exemplaires de leurs ouvrages à travers l’Union soviétique. Inutile de dire que pour des populations privées d’échappatoire, les œuvres de Hanzelka et Zikmund étaient une bouffée d’oxygène. Leur succès les a même menés à être autorisés à mener une seconde aventure à travers le monde.

Une seconde et dernière aventure

Mené pendant cinq ans et demi (de 1959 à 1964), ce second périple s’est déroulé à bord de deux prototypes de camions Tatra 805, de nouveau fournis par la marque.  Cette fois-ci, Hanzelka et Zikmund partent en direction de l’Europe de l’Est jusqu’aux îles du Pacifique à travers l’Asie : Union soviétique, Japon, Papouasie, ou Indonésie entre autres destinations. Au total, entre cette expédition et la précédente, nos aventuriers ont parcouru 83 pays !

Leur retour fut bien plus compliqué, en revanche. En effet, leur traversée de l’Union Soviétique les a amenés à commenter de manière sombre et pragmatique le quotidien du pays, en évoquant la corruption et la réalité politique de l’URSS. Nikita Khrouchtchev étant un de leurs lecteurs, tout comme de nombreux communistes, les récits des nouvelles aventures du duo ne sont pas passés inaperçus. C’est à partir de là qu’ils n’étaient plus en odeur de sainteté pour le régime tchécoslovaque. Leurs publications se sont vues interdites et les voici obligés de publier clandestinement dans les samizdats. Double peine, d’ailleurs pour Jiří Hanzelka qui était signataire de la Charte 77. Il a été encore moins bien traité que son acolyte, jusqu’à la Révolution de Velours. Hanzelka sera d’ailleurs parmi les personnalités à s’exprimer aux côtés de Václav Havel en novembre 1989. C’est donc après la chute du communisme que ces deux héros ont retrouvé la lumière et que leurs œuvres ont été republiées.

En ce qui concerne Tatra, il y a fort à parier que l’ADN aventurier du constructeur, désormais cantonné à la fabrication de poids-lourds, et fort de nombreuses performances au Paris-Dakar avec ses camions, ait pris racine dans les aventures de Miroslav Zikmund et Jiří Hanzelka. Quant à la T87 de nos deux héros, elle est exposée au musée de Tatra à Kopřivnice.

Sources : Wikipedia, Muzeumnj.cz

Quitter la version mobile